Un coup de poing

Le meilleur film de prison depuis Un prophète de Jacques Audiard.

1115610

Réalisé par David Mackenzie. Avec Jack O’Connell, Ben Mendelsohn et Rupert Friend – 105’.

Si vous n’avez pas peur de vous faire bastonner pendant deux heures, ce film est pour vous. Eric Love a dix-neuf ans, et la violence, c’est tout ce qu’il connaît. Lorsque le jeune délinquant est transféré dans une prison pour adultes, il se retrouve face à son propre père Nev, incarcéré dans l’établissement depuis quinze ans. Et doit affronter les racines de sa propre violence. Nerveux, viscéral, sans repères, Eric va chercher une issue entre son père, la thérapie de groupe ou le retour à la violence pure comme ultime recours. Basé sur un scénario authentique (le scénariste Jonathan Asser a passé douze ans comme thérapeute en milieu carcéral), ce film coup de poing n’est pas qu’un énième récit de prison. Sa vraie originalité tient dans l’approche même de la violence carcérale, à la fois comme fond et forme. David Mackenzie (Young Adam ou Perfect Sense) n’hésite pas non plus à dénoncer certaines pratiques carcérales, comme les meurtres maquillés en suicides.

Particulièrement impressionnantes, les scènes de thérapie de groupe (jamais vues au cinéma), portées par le personnage complexe du thérapeute Oliver, sont d’un réalisme confondant. A ses côtés, saluons les exceptionnelles performances de Ben Mendelsohn (de la série Neighbours, puis vu dans Killing Them Softly) en père démissionnaire, capable de l’ultime sursaut, et de l’ultime respiration du film. Face à lui, le jeune acteur anglais Jack O'Connell est LA révélation du film tant son énergie propulse chaque plan. Depuis, sa carrière explose, il tiendra d’ailleurs le premier rôle du prochain film d’Angelina Jolie, Unbroken, dans la peau d’un ancien champion olympique fait prisonnier pendant la guerre du Pacifique. En attendant, foncez le découvrir. Et n’oubliez pas les gants de boxe. – J.G.

Sur le même sujet
Plus d'actualité