Tu seras mon fils

On ne choisit ni ses parents ni ses enfants. Et ce n’est pas Paul de Marseul, propriétaire d’un prestigieux vignoble, qui dira le contraire.

59951

Bourru, exigeant mais passionné, ce vigneron refuse que son rejeton puisse un jour lui succéder. Le retour au bercail du fils de son régisseur, un fin palais, sème la pagaille dans la famille. Gilles Legrand (La jeune fille et les loups) s’attaque à une sanglante tragédie familiale.

Un film millésimé pour autant? Malheureusement non. Joliment interprété (Niels Arestrup est excellent) mais trop répétitif, Tu seras mon fils conduit à la gueule de bois. Pire, à la sieste. C’est regrettable.

Tu seras mon fils
Réalisé par Gilles Legrand (2010). Avec Niels Arestrup, Lorànt Deutsch, Patrick Chesnais – 102′.

Sur le même sujet
Plus d'actualité