Tron: au début des années 80…

Sorti en 1982, TRON est devenu le film culte d'une génération. On vous propose un voyage dans le temps via la planète Arcade.

1555

Sorti en 1982, TRON est devenu le film culte d’une génération. On vous propose un voyage dans le temps via la planète Arcade.

1982. E.T. l’extraterrestre fait pleurer la Terre entière, Rambo fabrique des dollars en se battant dans un sous-bois et un petit film américain galère dans les salles. Son nom: TRON. Trente ans plus tard, les parents montrent encore E.T. à leurs enfants, Stallone n’en finit pas de revenir, mais c’est bel et bien TRON qui a révolutionné l’histoire du cinéma.

En effet, il fut le premier grand film à intégrer massivement les images de synthèse (plus de douze minutes). Pour l’histoire, Kevin Flynn (Jeff Bridges) piratait un système informatique pour en extraire des informations. Ce faisant, il était désintégré par un laser et propulsé à l’intérieur du système. Pour y survivre, il devait devenir le héros de jeux vidéo qu’il avait lui-même créés.

Nous sommes au début des années quatre-vingt. Le monde entre dans le dernier acte de la guerre froide, le libéralisme triomphe en version « America is back » avec Ronald Reagan, en mode « dame de fer » avec Margaret Thatcher. L’Iran et l’Irak sont en guerre. En France, la gauche a pris le pouvoir. C’est l’apparition du sida, la mise au point du premier Mac, la vente du premier disque CD au Japon et l’invention de la techno. C’est la mode des épaulettes et des caleçons pour femmes. Enfin, c’est Madonna, Maradona, Michael Jackson et John McEnroe. Une époque!

Plus particulièrement, 1982 a vu naître Julien Doré. Alors que Jacques Tati, Romy Schneider, Patrick Dewaere, Louis Aragon, Henry Fonda, Thelonious Monk, Ingrid Bergman et Grace Kelly tiraient leur révérence. Monde injuste. Au cinéma sortent Le père Noël est une ordure, Plus beau que moi tu meurs mais aussi E.T., Rambo, Rocky 3, The Wall de Pink Floyd et Blade Runner. Rayon musique, la francophonie est bercée par Les Corons de Pierre Bachelet, Chacun fait ce qui lui plaît, L’Aventurier et Il tape sur des bambous. C’est aussi l’année des premiers tubes de rap puisque sortent en l’espace de quelques mois The Message de Grandmaster Flash et Planet Rock d’Afrika Bambaataa. On voit aussi pointer de nouveaux noms dans les classements des meilleures ventes: Human League, Yazoo, Soft Cell, Depeche Mode. La révolution digitale est en marche.

Bienvenue chez les geeks!

Les micro-ordinateurs font leur apparition dans les ménages (IBM, Commodore, Thomson) et l’industrie du jeu vidéo amorce sa conquête du secteur du divertissement. En effet, aux Etats-Unis, dès le début des années quatre-vingt, les salles de jeux Arcade fleurissent dans toutes les villes dignes de ce nom. Le week-end, les ados s’y rendent en masse pour dépenser la monnaie qu’ils ont précieusement mise de côté durant la semaine (les fameux coins de l’insert coins).

Il fallut plusieurs étapes pour arriver à l’âge d’or des consoles Arcade. C’est dans les années vingt que la société Midway fabrique les premières machines payantes. Ce sont notamment des diseuses de bonne aventure (rappelez-vous le film Big avec Tom Hanks). Les premiers flippers mécaniques font leur apparition avant d’être équipés de puces électroniques dans les années septante. En 1972, la révolution du jeu se met réellement en marche. Lorsqu’un certain Nolan Bushnell crée Atari…

Son objectif est de développer des jeux vidéo de conduite, mais très vite, face au manque de puissance de calcul de ces machines, il change son fusil d’épaule. Et commercialise le premier grand jeu mythique de l’histoire du jeu vidéo: Pong. Soit une transposition informatique du ping-pong où deux barres mouvantes se renvoient une petite balle pixellisée. Le jeu est commercialisé sous la forme de console en 1975 et ouvre la porte d’un véritable marché. Une autre étape importante sera franchie avec la sortie, en 1979, de Space In

Sur le même sujet
Plus d'actualité