The Tribe : le film ukrainien en langue des signes décroche le Grand Prix de la Critique à Cannes.

Triomphe pour le premier film ukrainien de Myroslav Slaboshpytskyi à la Semaine de la Critique. Présidés par les réalisatrices Andrea Arnold et Rebecca Zlotowski, le Grand Prix et le Prix découverte ont été attribués tous les deux à The Tribe.

1102298

Ces prix mettent à l’honneur l’Ukraine qui traverse un conflit majeur avec la Russie, à quelques jours des élections. Avec le documentaire Maïdan de Sergei Loznitsa (Hors Compétition), il s’agit du 2ème film ukrainien présenté à Cannes.

Egalement candidat très sérieux à la Caméra d’or (qui récompense un premier sélectionné, toutes compétitions confondues), The Tribe est un film noir, très noir, entièrement tourné en langage des signes, sans sous-titre ni voix off. Il raconte l’histoire d’un gang de jeunes sourds-muets qui évoluent dans un pensionnat très violent. Sergey peine à se soumettre aux rites de la bande (vols, trafics, prostitution) et tombe amoureux de la petite amie du chef, Anna, qui se prostitue le soir sur des parkings de routiers.

Violent, sans pitié, ultra-réaliste et en même temps incroyablement poétique et vibrant, ce film sur le monde du silence et de la violence est rythmé par le bruit des pas, et chorégraphié par les gestes et l’énergie incroyable des jeunes acteurs, tous sourds-muets.

Myroslav Slaboshpytskyi a voulu rendre hommage au cinéma muet, aux acteurs de pantomime, tout en parlant de la réalité sociale difficile de l’Ukraine. Pari gagné, avec ce film époustouflant et traumatique, qui a le mérite de placer sous les projecteurs du monde entier la crise politique grave que traverse l’Ukraine.

Un réalisateur ukrainien arrêté en Crimée

On a par ailleurs appris que le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov avait été arrêté en Crimée le 11 mai. Pro-européen assumé, il a été arrêté chez lui et aurait été directement placé en prison Moscou. Plusieurs personnalités présentes à Cannes ont demandé sa libération, dont le producteur et distributeur ukrainien Denis Ivanov et la direction du festival d’Odessa.

Sur le même sujet
Plus d'actualité