Tout le monde se lève pour Adele

Avec ses chansons simples qui parlent à tout le monde, mais qu'elle interprète comme personne, la jeune Londonienne a fait exploser tous les records. Et c'est mérité.

148191

Il n'y a pas photo. Adele est l'artiste qui a touché le plus de monde en 2011. Mais elle sera pourtant la grande absente de l'année à venir. Après avoir pulvérisé tous les records avec son album "21" (voir encadré) et aussi après une opération aux cordes vocales l'ayant forcée au silence ces dernières semaines, la chanteuse soul anglaise âgée de 23 ans vient, en effet, d'annoncer sa mise au vert. "J'aurai 25 ou 26 ans quand mon nouveau disque sortira. Maintenant, j'ai seulement envie de me reposer, de rester à la maison et de vivre relax pendant quelque temps. C'est promis, il n'y aura pas de nouvelles musiques avant que j'aille mieux et que je sois prête. D'ici là, je vais disparaître dans la nature."

Faut-il la croire? Va-t-elle résister à la pression de l'industrie musicale et aux offres de cachets astronomiques? Oui, sans doute, car jusqu'à présent, Adele a montré qu'elle était une exception dans le monde du show-business. À l'heure où Metallica annonce officiellement qu'il avance les dates de sa visite en Europe pour bénéficier d'un taux de change dollar/euro plus favorable, et où Lady Gaga cherche plus à interpeller le public avec ses tenues vestimentaires qu'avec sa musique, Adele, elle, ne motive ses choix de carrière que par des raisons artistiques. C'est louable, même si, sur le long terme, ça relève aussi de la stratégie.

Un mois avant la sortie de "21", Adele nous annonçait déjà la couleur. "J'ai voulu enregistrer un album qui me ressemble, expliquait-elle alors à Moustique. Le premier jour où je suis entrée en studio, mon producteur Rick Rubin m'a dit: "Adèle, fais ce disque avec ton âme. Essaie de retrouver l'enthousiasme naïf que tu avais lorsque tu as chanté pour la première fois dans un micro et oublie tout le reste"." Cette leçon d'humilité a porté ses fruits. Si Adele plaît invariablement au jeune geek, à la ménagère ou au rockeur pur et dur, c'est parce qu'elle est naturelle. Des divas de la soul, Adele a hérité la voix, mais certainement pas les caprices ou les manières. "Je suis une Londonienne typique. J'aime boire de la bière au pub à 17 h. Je fume, je parle fort, je ne suis pas très glamour dans mes fringues et encore moins material girl dans mes attitudes. Les gens que j'admire dans mon métier sont comme moi. Ils sont pareils sur scène et dans la vie. Quand Etta James, Bruce Springsteen ou Johnny Cash chantent, ils ne trichent pas. Ils n'oublient pas d'où ils viennent. J'aimerais être comme eux."

Sûre de son talent, Adele suit aussi son propre chemin sans se laisser influencer par autre chose que la musique. "C'est ce qui me différencie des autres. Je n'ai pas bâti ma carrière sur la quête du succès mais sur mes chansons et la manière de les interpréter. À la sortie de mon premier album "19", les médias ne parlaient que de ma voix mais pas des textes. Mes chansons sont peut-être naïves, mais elles ont le mérite d'être sincères. Sur "19", comme sur "21", j'ai souhaité raconter mes problèmes de cœur. Je n'essaie pas d'être plus intelligente que je ne le suis. Seulement honnête. Je n'aurais pas pu faire mieux."

Cette sincérité et cette proximité font la différence avec toutes les autres stars féminines de l'année. Adele est la seule chanteuse à faire une croix sur les festivals, pourtant très lucratifs, parce qu'elle ne peut pas s'y sentir "en osmose avec le public". Elle n'est pas non plus une fanatique des remixes ou des versions retravaillées de ses chansons. Alors que Lady Gaga, Rihanna, Britney Spears, Kylie Minogue et Beyoncé en mettent plein la vue sur leurs DVD live respectifs sortis pour les fêtes, Adele ne mise que sur son répertoire et sa simplicité dans "Live At The Royal Albert Hall". Au cours de ce concert filmé sobrement en septembre dernier, elle garde la même robe du début à la fin du concert, raconte des blagues entre les chansons, ne gomme pas les approximations techniques et n'a pas une troupe de danseurs/mannequins autour d'elle. Seulement des musiciens. Et ça plaît.

Si Adele est signée sur la multinationale Sony aux Etats-Unis, pour l'Europe, elle reste fidèle au label indépendant londonien XL Records qui lui a offert son premier contrat en 2006. Sony et XL ont deux approches différentes, mais, concernant Adele, leur analyse diffère peu. "Les artistes qui veulent travailler sur le long terme sont aussi ceux qui savent prendre les meilleures décisions à court terme. Adele est comme ça et nous respectons ses choix",explique ainsi Rob Stringer, big boss de Columbia/Sony. "Elle a confiance en elle et possède cette capacité naturelle à communiquer honnêtement avec son public ou les médias. Dans un business où tout est compliqué, formaté et packagé, elle ne met en avant que sa personnalité et sa musique", résume, pour sa part, Richard Russel, le directeur de XL Records. Oui, elle nous manquera en 2012…

Adele
"Live At The Royal Albert Hall" (CD + DVD)
XL Records/V2

Sur le même sujet
Plus d'actualité