Tot Altijd/A tout jamais

Excellent film, Tot Altijd atteste aussi de la vivacité et de la qualité du cinéma made in Flandre.

216826

Les ayatollahs du cinéma cantonnant la production flamande au rang de particularisme régional, qui n’intéresserait personne au-delà de la limite de BHV, ont visiblement déserté le cinéma flamand depuis un moment.

Et n’auront sans doute pas vu Tête de Bœuf (un polar insolent d’efficacité), Hasta La Vista (une comédie parfaitement délirante et audacieuse) ou le très hollywoodien thriller De Zaak Alzheimer. Pour ceux-là, et pour les autres aussi, un seul conseil: ne pas rater Tot Altijd, inspiré d’une histoire vraie et mélange parfait entre le film de potes et la déclaration de guerre à la maladie.

Les années 80. L’insouciance. Une bande de jeunes des rêves plein la tête et la vie devant eux. Et puis, le trou noir.

Lorsque l’un d’eux se découvre atteint de la sclérose en plaques. Très courageux face à la maladie au début, Mario ne va cependant pas tarder à baisser les bras. Et devenir le premier bénéficiaire de "son" combat pour la légalisation de l’euthanasie en Belgique. Formidable illustration de la lutte pour la vie (d’abord) et pour la mort (ensuite), Tot Altijd ose l’humour dans la déchéance et l’humanité sans les émotions faciles. Un mélange gagnant puisque l’on ressort de la salle des larmes plein les yeux. Et avec la douce impression d'avoir vécu quelque chose.

 

Voir les salles où ce film est à l'affiche

Tot Altijd/A tout jamais
Réalisé par Nic Balthazar (2011). Avec Koen De Graeve, Geert Van Rampelberg, Michel Van Dousselaere – 118’.

Plus d'actualité