The Tings Tings: Zappeurs-nés

"Je n’écoute plus d’albums en entier. D’abord car ils sont souvent trop longs et monolithiques. Ensuite parce que les iPod, comme la plupart des MP3, permettent de choisir au hasard les morceaux parmi des milliers de titres", explique, fataliste, Jules De Martino, multi-instrumentiste et artifice, chef du duo britannique qu’il forme avec l’incendiaire Katie White.

The Tings Tings: Zappeurs-nés

Jules sait de quoi il parle. Se produisant régulièrement comme DJ, il est un fervent adepte du zapping du bougt des doigts. Une manière de consommer de la musique qui déteint considérablement sur le nouveau disque des Tings Tings. "Pour notre premier album "We Started Nothing", nous nous étions quelque peu bridés afin de donner une cohérence au tout, mais avec "Sounds From Nowheresville", nous avons seulement suivi notre instinct."

Katie et Jules se la jouent un peu "Rémy Bricka" de l’indie rock, de la techno, du hip-hop et de tous les autres styles qui leur sont passés dans les oreilles. Parmi les dix chansons de "Sounds From Nowheresville", In Your Life sort du lot par ses accents presque gaéliques.

"C'est Katie qui a eu l'idée de s’associer à un violoncelliste pour un morceau très pur et dépouillé." Changement de registre avec Guggenheim, qui aurait pu figurer dans le soundtrack d’un western des années 60. Day To Day vire, pour sa part, au R&B, tandis que One By One se la joue électro minimaliste.

Mais, en bout de course, il y a finalement peu de tubes en puissance, voire de morceaux radiophoniques. Un choix conscient, assumé, même revendiqué de manière plus qu’un peu provocatrice. "Sounds From Nowheresville" tire toutefois son charme principal d'un ratissage large, de sa production originale et de sa fulgurance.

En partenariat avec WE7, votre radio personnalisée
Plus de musique sur WE7.be

The Ting Tings
Sounds From Nowheresville
Sony Music

Sur le même sujet
Plus d'actualité