Thomas Van Hamme: « Retirer la cravate de C’est du belge, ça décoince »

La greffe Van Hamme a bien pris à RTL-TVI. Retour sur une année que l'animateur termine sur les genoux… de Céline Dion.

716085

C'est lui qui vient nous chercher à l'accueil de RTL House au sortir de sa matinale radio. Il est comme ça, Thomas. Dans le contact, dans l'empathie, slalomant avec aisance dans les couloirs de la chaîne privée où il a pris pied en octobre 2011. Dans son rétro, la RTBF et quelques souvenirs.

Un peu plus d'un an de RTL-TVI, ça transforme un homme?

Thomas Van Hamme – Oh, je ne pense pas avoir tellement changé. Mais je suis étonné que des gens dans la rue me disent: "Vous avez l'air plus cool, être sur RTL-TVI vous a détendu"… Tout le monde me trouve épanoui!

Comme transfuge, vous avez quand même subi la pression de devoir vite faire vos preuves?

Au début, il y a eu du stress. Lié à mon transfert très médiatisé, au fait qu'on attendait que j'apporte instantanément ma touche à Bel RTL, et que la reprise de Tout s'explique soit une réussite. Puis, tout a roulé! Bel RTL est redevenue première, Tout s'explique cartonne toujours. J'ai fait des spéciales… J'avais envie de tâter de la production et c'est fait avec ma récente Spéciale fin du monde qui a rassemblé 635.000 téléspectateurs! La RTBF ne m'avait pas permis de tester cette facette du métier. C'est fou ce que j'ai déjà fait en un an! Aujourd'hui, je me sens totalement intégré dans la "famille RTL". Alors que la RTBF, c'est plus une juxtaposition de petites familles.

 

Cela signifie quoi concrètement, "être RTL"?

RTL mise plus sur les visages qui passent à l’antenne. On se doit d'être présents pour nos émissions, mais aussi pour toute une série d'actions. Des pro-RTBF digèrent toujours mal mon passage vers RTL-TVI. Et des pro-RTL m'y découvrent après 17 ans d'antenne en face!

 

Vous avez échappé à l'incontournable pièce de théâtre des animateurs de RTL-TVI?

Dès mon arrivée, Jean-Paul Andret m'est tombé dessus pour m'embrigader. Sincèrement, ça m'amuserait, mais avec mes horaires radio, c'est ingérable.

 

Qu'est-ce qui vous manque le plus de la RTBF?

Des amis surtout, synonymes de tendresse, de chaleur humaine – 17 ans de RTBF, ça installe forcément un rapport très intense aux gens. Mais j'en retrouve ici… Un autre manque concret: celui de certains moyens pour faire des émissions. On ne mesure pas ceux que possède la chaîne publique, la richesse de certains plateaux en caméras, éclairages, steadicams, équipes. Il y a un vrai confort à la RTBF. À RTL-TVI, on fait des merveilles avec moins, mais avec plus de débrouillardise, de créativité. En revanche, les odeurs des couloirs de Reyers, son mess, ne me manquent bizarrement pas. Et les trajets vers Charleroi ou vers Liège pour animer les émissions, non ça va, je peux m'en passer! (Rire.)

 

Avez-vous encore des contacts à Reyers et avec qui?

Avec des anonymes, mais aussi avec des producteurs et des journalistes que je croise dans des soirées. J'ai dîné dernièrement avec l'équipe de Génies en herbe, Angel Zimmer la productrice, Marie-Hélène Paternottre et Maureen Louys. J'appelle souvent Corinne Boulangier, j'ai déjeuné avec Armelle… Et quand je croise Jean-Paul Philippot (patron de la RTBF – NDLR), sa poignée de main est toujours conviviale.

 

Avec Stéphane Pauwels, vous vous faites des déjeuners d'ex-transfuges?

(Rire.) Non, on ne se croise que dans ma Bel Equipe. Avoir vécu la même expérience, la même année, n'a pas créé une complicité entre nous. Chacun a vécu son transfert en solo, sans solidarité particulière. Je ne m'estime plus "transfuge", mais j'ai dû faire un travail d'adaptation. Par exemple, j'ai mis du temps à dire "nous" plutôt que "vous" quand je parlais de RTL-TVI. En réunion, on me reprenait: "Thomas, tu dois dire nous, tu fais partie de la maison maintenant!"

 

Votre greffe en radio a super bien pris. Vous doutiez?

L'objectif était de faire à RTL ce que je faisais déjà sur VivaCité, mais dans une vraie matinale d'infos avec une vraie rédaction derrière. On me demandait d'apporter ma convivialité, ma chaleur humaine, mon sourire. Bref, de coller à l'ADN de Bel RTL. Et en télé, Tout s'explique était l'émission idéale à reprendre car elle me correspond.

 

Avec Barbara Mertens, ça a matché tout de suite?

On a dû s'apprivoiser. Chacun connaît son job. Et puis, c'est elle la chef! (Rire.) L'important, c'est la cohésion et, typique de RTL, de ne pas trop regarder ce que fait la concurrence.

 

En télé, s'imposer semble plus laborieux. Le prime time J'aime mon pays n'a pas été une grande réussite…

Qu'on arrête de dire que J'aime mon pays a été un échec: on a fait 500.000 téléspectateurs! C'est vrai, on a eu une mauvaise presse, mais l'audience était là. J'assume cette émission dont la seule prétention était d'être un gentil divertissement autour de la Belgique. Et pas un nouveau Forts en tête!

 

À part la spéciale Céline Dion, il n'y a aucun divertissement en vue pour vous?

Mon agenda est bien rempli. Et puis, il y a aussi Jean-Michel Zecca dans la maison, un animateur hors pair. Il faut partager. Chacun ses domaines.

 

Vous ne craignez pas de retrouver la frustration qui vous avait fait quitter la RTBF?

Ma frustration à la RTBF, c’était d'être bloqué dans C'est du belge. Après six ans, j'avais fait le tour et je ne voulais pas me figer dans une image et un rôle façon Stéphane Bern de la RTBF. J'ai exprimé ce malaise mais la télé publique voulait me maintenir là-dedans. Quand les gens me disent: "Tu as l'air plus cool sur RTL-TVI", c'est aussi parce que j'ai retiré la cravate de C'est du belge. Rien que ça, ça décoince. Aujourd'hui, je suis plus en phase avec l'image que je reflète. Notamment dans Tout s'explique.

 

Il y a aussi eu le Pékin express animateurs. Un autre concurrent dit que vous aviez tellement la rage que vous en deveniez insupportable. C'est vrai?

Une super-expérience, très hard. C'est marrant comme on découvre les gens sur des trucs comme ça… Ouais, j'avais la rage. Dans un jeu, on est là pour gagner, non? En téléréalité, on sait qu'on doit faire le show. Quand j'ai titillé Stéphane Pauwels, cela a été monté en épingle. Et on a joué sur la "guerre" entre Stéphane et Thomas, alors qu'on en rigolait.

 

Aujourd'hui, quelle émission, toutes chaines confondues, aimeriez-vous piloter et animer?

Une émission comme Rendez-vous en terre inconnue de Frédéric Lopez, c'est bluffant. Sinon, ça m'amuserait de me frotter à nouveau à un jeu tel que Génies en herbe, pour retrouver le plaisir de cette mécanique.

 

Et Belgium's Got Talent?

Jean-Michel Zecca a été parfait. C'était la bonne personne à associer à Julie Taton. C'est un as du divertissement. Moi, j'ai un côté plus journalistique, plus "fond". Le contenu collait mieux à Jean-Michel. Mais j'aurais pu le faire aussi. Tout comme j'aurais été capable d'animer Les orages de la vie. Mais différemment.

 

Pour Tout s'explique, vous vous êtes glissé dans les pas de Luc Gilson. Où est la différence?

On essaie d'aller plus sur le terrain, de raconter une histoire, d'être en situation. Luc le faisait déjà, mais moi encore plus, avec une vraie scénarisation. Je préfère cela que d'être en studio.

 

[…]

 

 

WE LOVE CÉLINE

Mardi 25 RTL-TVI 20h50

 

TOUT S'EXPLIQUE

Chaque jeudi RTL-TVI 19h45

 

BEL RTL MATIN ET LA BEL ÉQUIPE

Du lundi au vendredi Bel RTL 7h00-8h30/8h30-9h00

Sur le même sujet
Plus d'actualité