Thomas Dutronc: Un clair de bulles à Maubeuge

Entre magie manouche et espiègleries pop-rock, Thomas Dutronc nous a offert un voyage plein d'aventures ce jeudi à La Luna de Maubeuge. Il viendra chanter le 1er février à la Maison de la Culture de Tournai.

65036

Thomas Dutronc ne sait pas sur quel pied danser.  Et c’est ce qu’on aime chez lui. Comme il le chante sur son nouvel album, « je suis pour la paix des ménages, pourvu que la musique déménage ».

Et le lascar, toujours très classe  dans son costard porté sans cravatte, a mis tout le monde d’accord ce jeudi soir dans la très accueillante salle Luna de Maubeuge, troisième étape d’une tournée qui s’annonce marathon.

Jeunes, moins jeunes, fans de musique manouche, de variétés ou tout simplement abonnnés venus en curieux, les quelques 1.200 spectateurs  sont ressortis de la salle avec la banane. Thomas et ses cinq musiciens aiment la musique qui déménage, oui, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ont la bougeotte.

Un coup, ils partent à la quête des grandes espaces américains, façon Morricone (Clint). Un autre coup, ils nous plongent dans la mélancolie gitane avcc un instrumental beau à pleurer. Ici, une chanson rigolote succède à une chanson d’amour. Là, un hommage à papa et à la période yéyé (sur le -trop- long Relançons la consommation) précède une version survitaminée de son tube radio J’aime plus Paris.

Et quand les solistes (contrebasse, violon, ou guitare) s’en mêlent, ça ne tombe jamais dans la démonstration inutile.  Le plus remarquable dans ce spectacle sans temps mort, c’est que finalement toutes ces petites bulles  mélodiques et entêtantes forment un ensemble cohérent.  Le sourire, la bonne humeur et la complicité qu’il créée  dès son arrivée sur scène avec le public y sont pour quelque chose. Bien sûr. Mais c’est surtout la grande musicalité de ce groupe d’amis musiciens qui force l’admiration. Les notes coulent comme le sang dans nos veines.

C’est fluide, tendre, jamais anodin. La vie, quoi… Alors, oui, selon les goûts et les humeurs, on apprécie plus ses joutes ludiques à la guitare que  ses sketches téléphoniques.  Mais, il n’y a rien à dire.  Thomas Dutronc a trouvé son style, il l’impose comme il imposera très vite son nouvel album « Silence On Tourne, On Tourne En Rond ».   La formule est cliché, qu’il ne nous en veuille pas, mais elle lui va comme un gant.  La soirée qu’il nous a offerte hier est le meilleur remède contre la morosité. Merci Thomas.

Le 1/2/2012 à la Maison de la Culture de Tournai.

Sur le même sujet
Plus d'actualité