Théorie du complot: Sommes-nous tous paranos?

Les théories du complot sont vieilles comme le monde. Mais depuis le 11/9, elles attirent chaque jour de nouveaux croyants. Et leurs apôtres ne sont pas tous d'inoffensifs illuminés.

38945

Il y a dix ans, avec les tours du WTC et les murs du Pentagone, beaucoup de certitudes se sont écroulées. Une poignée d'hommes aux moyens très limités pouvaient abattre les symboles du pouvoir financier et militaire américain. Tout devenait possible. Et le monde par la même occasion beaucoup plus complexe et inquiétant. Prochainement, à l'occasion du dixième anniversaire de cet événement majeur de l'histoire récente, on s'interrogera sur ses conséquences. Elles sont bien sûr politiques, diplomatiques, sociales, économiques. Elles sont aussi psychologiques. Les attentats du 11/9 ont ouvert une nouvelle ère du soupçon. Les thèses complotistes sont aussi vieilles que les premières formes d'organisations politiques. Mais l'événement, parallèlement au formidable développement d'Internet, leur a prêté une nouvelle vie.
Qu'elle soit liée directement ou non aux événements de New York, la suspicion a désormais largement dépassé le cercle des habituels illuminés prompts à fantasmer d'imaginaires conjurations. Au point qu'on peut se demander aujourd'hui si ce conspirationnisme n'est pas en train d'accéder au rang de contre-culture, voire d'idéologie de masse. Durant plusieurs années, Bruno Fay, un journaliste français, a enquêté sur ces tentatives de désinformation, ces mensonges et ces fantasmes de conspirations qui prolifèrent actuellement sur la Toile.

À vous lire, nous serions de plus en plus nombreux à croire aux grands complots…

Bruno Fay – Oui, parce que les thèses qui nourrissent le soupçon sont aussi de plus en plus nombreuses! J'ai décidé d'enquêter sur ce sujet quelques années après le 11/9, quand j'ai découvert que des amis à moi, pas spécialement des illuminés, croyaient sincèrement que les attentats étaient orchestrés par le gouvernement américain. Jusque-là, je pensais que les théories du complot étaient cantonnées aux milieux extrémistes, dont les cibles sont les habituels prétendus complots juif et franc-maçon. Or, aujourd'hui se développe manifestement un nouveau complotisme de masse au quotidien, qui touche toutes les catégories de la population. Aujourd'hui, à tout fait d'actualité, à tout événement ou presque correspond une interprétation conspirationniste.

Quelles sont les principales théories du complot circulant aujourd'hui?

La thèse du 11 septembre organisé par les USA eux-mêmes reste la mère de toutes les conjurations imaginaires récentes, comme en témoignent le nombre de rumeurs autour de la mort récente de Ben Laden. Toujours aux Etats-Unis, l'assassinat de JFK est toujours d'actualité. Très en vogue aussi, la croyance en un Nouvel Ordre mondial, qui veut que le monde serait régi par un gouvernement occulte. La crise économique, ici, a incontestablement ravivé cette ancienne hypothèse. Sur un versant résolument plus moderne, les nouvelles puces à identification par radio-fréquence font craindre que nous ne soyons tous manipulés à distance. C'est un nouvel avatar de la théorie du complot des codes-barres, qui prétend que chaque humain est placé sous surveillance. Celle-ci a manifestement de beaux jours devant elle. D'ailleurs, une pathologie inédite a été relevée à plusieurs reprises ces dernières années: le syndrome de Truman, en référence au film Truman Show. Ceux qui en souffrent se croient suivis et traqués en permanence. Enfin, les inquiétudes liées à la santé publique, aux virus et autres épidémies sont également très répandues. Ces dernières illustrent d'ailleurs parfaitement bien le conspirationnisme ordinaire de notre époque.

Comment?

Vous vous souvenez des discours officiels au début de l'épidémie de grippe aviaire? Des millions de personnes risquaient de mourir, nous disait-on. Pourtant, 90 % des Français ne se sont pas vaccinés. Parce qu'ils n'ont pas cru à la parole officielle. Il y a quinze ans, au moment de la maladie de la vache folle, nous avons connu la même chose. Un scénario catastrophe, heureusement non traduit dans les faits. Depuis, chaque crise sanitaire donne lieu à de nouvelles théories. Elles fonctionnent toutes sur un mode similaire: les laboratoires pharmaceutiques manipulent les autorités et l'opinion afin d'écouler leurs vaccins. Quand ce ne sont pas carrément eux qui introduisent volontairement la maladie. Et l'Organisation mondiale de la santé serait de mèche.

Sur ce dernier point, on n'aurait peut-être pas tort de se méfier. Depuis qu'on sait que certains experts œuvrent également pour l'industrie pharmaceutique, les conflits d'intérêts au sein de l'OMS sont avérés…

Tout à fait. C'est d'ailleurs là que les théories du complot rencontrent la réalité. Les mensonges au sommet, les affaires d'espionnage, les scandales d'ordre politico-financier, mais aussi les erreurs de bonne foi, incitent tous les jours au doute. Or, notamment grâce à Internet, où tout reste disponible en permanence, nous avons désormais une bien meilleure mémoire des mensonges passés, mais aussi une connaissance bien plus complète des scandales du présent.

On se souvient de tout, on est au courant de tout… Et pourtant, on serait plus que jamais persuadé que la vérité est ailleurs?

C'est moins contradictoire qu'il n'y paraît. Nous vivons certes dans l'immédiateté de l'information, que la mondialisation rend disponible pour tous, au même moment, dans le monde entier. Aujourd'hui, l'assassinat de Ben Laden ou l'arrestation de DSK sont annoncés en primeur sur Twitter. Mais en même temps, très peu de ces faits sont réellement mis en perspective. Un titre remplace l'autre, l'espace médiatique est plein en permanence, mais la presse renonce le plus souvent à effectuer un authentique travail de vérité sur l'info brute. Au contraire, la photo truquée de la mort du leader d'al-Qaida fait le tour du monde, y compris dans les médias traditionnels réputés les plus sérieux. En sens inverse, les théories du complot, elles, circulent aussi beaucoup mieux et beaucoup plus vite qu'avant, sachant que n'importe quel internaute avec un peu de savoir-faire peut disposer grâce à la Toile d'un formidable mégaphone.
La vérité, qui est rarement une manifestation de l'instant, joue, elle, à contretemps.

Parmi les tenants des théories du complot, on remarque aussi que les plus acharnés évoluent souvent aux marges de la société: ultra-gauchistes, écolos fondamentalistes, extrémistes de droite, etc.

Oui, mais, paradoxalement, ce sont justement eux qui font le plus de tort à leur propre "camp". J'ai rencontré Daniel Estulin, l'ennemi numéro un du gouvernement mondial secret, qui vend par millions des ouvrages "d'investigation" sur fond de gouvernance mondiale occulte. Leurs titres disent tout: Conspiration Octopus, Les Maîtres de l'ombre, etc. Ce type est fou. Rien dans son argumentation ne tient debout et s'effondre à la première analyse. Par exemple, quand il prétend que François Mitterrand a été enlevé et aurait subi un lavage du cerveau afin de changer le cours de ses idées politiques! Ce qui est gênant, avec de tels extrémistes, c'est qu'on ne peut plus raisonnablement débattre des vrais enjeux. En quelque sorte, ce sont des "idiots utiles", qui décrédibilisent leur propre cause. Si, après eux, vous émettez à votre tour un doute, même raisonnable, vous serez immédiatement catalogué comme clown. C'est d'ailleurs ce que m'a expliqué votre compatriote Etienne Davignon.

Vous avez rencontré Etienne Davignon?

Oui, car j'ai voulu aussi rencontrer ceux qu'on accuse de fomenter des complots. Etienne Davignon est président honoraire du groupe Bilderberg, une sorte de club composé de diplomates, d'hommes d'affaires et de politiques. Des "maîtres du monde", en somme, qui se réunissent chaque année. Il est très controversé, en raison de son caractère non démocratique et opaque, voire secret, et suscite évidemment beaucoup de fantasmes quant à son influence réelle sur la politique et l'économie mondiales. Etienne Davignon, donc, m'a expliqué que les théories du complot à son sujet les amusaient beaucoup. Mieux, cela leur permettait de préserver la discrétion de ses réunions. Dans les médias sérieux, personne n'osait en parler, étant donné le nombre de fumisteries qui circulaient déjà à son sujet.

L'historien des idées Pierre-André Taguieff, un autre spécialiste des théories du complot, s'est déclaré très inquiet de constater que celles-ci renforçaient un certain populisme ambiant. Vous le rejoignez?

Non, et je prends même l'exact contre-pied. Pierre-André Taguieff est obsédé par les extrémistes et les illuminés, dont les théories seraient donc par définition absurdes. Sauf qu'ils ne représentent qu'une infime fraction de la population "conspirationniste". J'ai préféré, moi, m'intéresser à cette immense majorité qui colporte des théories du complot sans aucun arrière-fond politique, à ce nouveau conspirationnisme de masse. D'ailleurs, pour avoir enquêté là-dessus, je n'ai trouvé aucun lien avéré entre le populisme et l'émergence du complotisme. Pas même lors des élections. Si les apôtres de la conjuration avaient une couleur politique, ce serait celle de l'abstention. En fait, ils incarnent plutôt la crise de confiance actuelle envers les autorités, quelles qu'elles soient, politiques, religieuses ou autres. Et aucun parti politique, même à l'extrême droite, n'est encore parvenu à canaliser ce courant de l'opinion diffus, généralisé mais sans ligne directrice et donc très difficile à cerner.

Mais auquel il faudrait quand même prêter attention?

Plutôt que de crier au fou, les médias, ou même notre société en général, devraient plutôt accepter le débat. C'est-à-dire postuler systématiquement qu'une théorie du complot n'est pas a priori fausse. Elle est démontrée, et elle devient alors une vérité. Ou pas, et elle reste une théorie. Certaines se révèlent d'ailleurs parfois valides. Au début, on a aussi traité d'affabulateurs ceux qui prétendaient que l'explosion du Rainbow Warrior était un coup monté par les services secrets français. Quant aux événements encore entourés d'un certain mystère, les théories du complot peuvent parfois comporter une part de vérité, parce qu'elles se nourrissent aussi de vrais coups tordus. Comment ne pas comprendre les soupçons autour de la mort de Ben Laden, sachant les vrais mensonges d'Etat proférés par l'administration Bush à propos des armes de destruction massive irakiennes, en direct, face au monde entier, à la tribune de l'ONU. En France, l'actualité récente nous a fourni un autre exemple. L'affaire Clearstream, soit un complot avéré destiné à mouiller des personnalités politiques, que la justice n'a pas fini de trancher. Le doute est donc toujours légitime, et on ne peut plus se permettre d'exclure les conspirationnistes. Qu'on le veuille ou non, ils forment désormais une partie trop importante de la population. On ne peut pas courir le risque de la voir s'enfermer dans sa logique parce qu'on aurait rompu le dialogue.

Sur le même sujet
Plus d'actualité