Super Soul Revue! Super départ à Rock Werchter!

88.000 personnes, la moitié avec des bouchons (distribués gratuitement) dans les oreilles : la première journée de la 40ème édition de Rock Werchter commence fort : Daptone Records "presenting the unstoppable" Super Soul Revue! En français dans le texte, c’est le débarquement du temple vintage de la soul américaine.

1134767

Établie à New York, la maison de disques Daptone a donné un orchestre aux plus belles chansons d’Amy Winehouse. Elle a surtout assuré la pérennité d’un genre né chez les Ricains, quelque part entre les compagnies Stax (Otis Redding, Isaac Hayes,…) et Motown (The Jackson 5, The Temptations,…). Ce jeudi après-midi, en Belgique, Daptone s’est offert un défilé sur les planches de Rock Werchter avec Sharon Jones & The Dap-Kings, Charles Bradley, Antibalas & The Sugarman 3.

 

Dans cette grande messe soul-funk où  chacun va et vient, Charles Bradley a illuminé l’après-midi. À 60 balais, l’artiste ravive la flamme de James Brown avec une classe légendaire. Chemise noire à paillettes, sueur au front, Charles Bradley chante l’amour. Sa voix transporte ses émotions. Son visage transpire ses humeurs. Gros danseur, Charles tente des figures impossibles : cabriole, moonwalk ou triple loops-piqués. L’artiste termine en larmes sur un Why It Is So Hard à fleur de peau.  Énorme. Dans la foulée, c’est la foire des cuivres avec Antibalas et son chanteur sorti tout droit d’un trip Funkadelic. Saxophones, trompettes, rythmes des Caraïbes et envolées chaloupées : il fait torride sous le chapiteau de la KluB-C.  Moment choisi par Sharon Jones pour s’emparer du micro dans sa robe argentée. De retour sur scène après avoir vaincu la maladie, l’Américaine se livre avec une énorme soif de vivre. Elle danse pieds nus, habille ses chansons d'une voix rauque et suave, agite l’âme d’Aretha Franklin et la perfection des Supremes. Dans les derniers instants du show, les 27 musiciens du collectif américain investissent la scène de Rock Werchter pour délivrer une jam d’anthologie. La meilleure façon de commencer un festival.
 

 

3 moments forts

#1 Un concert de Rock Werchter qui commence sans micro. Pas de son… C’est con. Pendant trois minutes, la grande revue promise se joue en sourdine. Et puis, d’un coup, la voix surgit dans les enceintes. Le guitariste et boss du label Daptone prend la parole. Le public exulte. C’est le point de départ de la fête.

 

#2 Ce n’est plus un secret : Charles Bradley aime les gens.Et quand il descend dans la foule pour remercier son public, le prince du label new-yorkais sait y faire : Charles donne un peu de son corps et beaucoup de son cœur. Il lance des baisers et offre des fleurs à ses groupies. C’est beau. Une véritable histoire d’amour.

 

#3 Au terme d’un marathon de plus de deux heures, tous les musiciens de la constellation Daptone se retrouvent sur scène pour une grande jam en forme de feu d’artifice. Le final est magique : ça crépite de partout, tous les chanteurs s’unissent dans l’effort. Et, le temps d’une chanson, Sharon Jones et Charles Bradley forment un couple unique. Mythique. Inoubliable.

 

> Ne manquez aucune de nos reviews grâce à notre blog Festival!

Sur le même sujet
Plus d'actualité