Stromae: Ardentes, on danse…

Il n'y a pas photo. A l'applaudimètreStromae sort vainqueur de cette première journée du festival Les Ardentes avec plusieurs longueurs d'avance sur la concurrence.

39040

Entre tournée triomphale, premières parties au stade de France et amitiés prestigieuses (il a encore fêté la semaine dernière l'Independance Day avec ses potes de Black Eyes Peas), Paul Van Haver vit un conte de fée éveillé.

Mais il reste ce gentil boy next doorportant le sourire comme le noeud pap', toujours généreux quand il se donne et accessible quand on le sollicite.  En festival, il propose la même formule qu'en salle mais dans un set plus formaté et déjà un peu trop routinier. Le décord est minimaliste, les effets visuels épurés et les infra-basses boostées à bloc.

Avec Yoshi et Simon Le Saint, ses deux acolytes coiffés d'un chapeau melon sortis d'une toile de Magritte, Stromae balance sa poésie urbaine romantique sur fond de boucles new-beat. Les propos sont tristes (cf. le ton désabusé d'Alors on danse), mais il donne surtout envie de faire la fête, de se dandiner et d'embrasser sa voisine.

En une heure chrono, il a foutu un joyeux boxon sous le chapiteau HF6. De Bienvenue chez moi à House 'llelujah, du premier au dernier rang, de l'enfant juché sur les épaules de son père au security man, tout le monde secoue la tête, tape dans les mains et se laisse aller.  Une vraie fête et déjà un Grand Monsieur. –  L.L.

Sur le même sujet
Plus d'actualité