Stone

Le plus célèbre adepte de l'Actors Studio semble avoir décidé d'enchaîner les bides. De Niro, reviens!

21182

Les gros castings ne font pas forcément de bons films. Face-à-face pénible entre un inspecteur de prison proche de la retraite (De Niro, inexistant) et un pyromane qui a vu la Vierge (Edward Norton, sous-exploité), Stone est un film de prison très raté et très déprimant, voire pervers. Mise en scène bancale, montage sous LSD et scénario éculé se perdent en incursions délirantes sur le nouvel évangélisme made in USA, sans réelle prise de position.

On était en droit d'attendre mieux du réalisateur du subtil We don't live here anymore, qui tire ici sur la corde très américaine de la culpabilité. Mais le vrai coupable ici, c'est De Niro, qui se contente depuis quelques films de balancer ses célèbres mimiques sous son regard broussailleux – qu'il détournait jusqu'à plus soif dans Meet the Fockers ou Mafia Blues. Espérons qu'en président du prochain festival de Cannes, celui qui fut le Taxi Driver de Scorsese ou le Parrain de Coppola retrouvera sa place dans le cinéma auquel il appartient, celui des monstres sacrés.

Réalisé par John Curran (2010). Avec Robert De Niro, Edward Norton, Milla Jovovich – 105'.

Sur le même sujet
Plus d'actualité