Spider-Man: Un héros Marvel

Après Hulk, Iron Man, Thor, Captain America, et avant les X-Men, Avengers et autres Gardiens de la galaxie, c'est au tour de Spider-Man d'envahir à nouveau les salles de cinéma. Plongée dans le pourquoi et comment de la suprématie des super-héros créés par Marvel Comics. Nouveaux rois du monde.

1080400

Echappés des comics, ils viennent désormais sauver le monde quatre à cinq fois par an au cinéma.

Au cinéma, les super-héros n'ont pas toujours eu la cote. Au contraire même. Personnages de papier, ils ont donné une longue liste de films ridicules dans lesquels des types un peu trop musclés jouaient au justicier en collants un peu trop moulants. Le tout dans des décors loin d'être à la hauteur. Et puis, en 1989, est arrivé le premier Batman de Tim Burton, qui a tout changé. L'avancée des technologies en matière d'effets spéciaux réduisait considérablement le risque de ridicule. Et ces héros, véritables icônes de la pop culture, parvenaient enfin à servir la vision de grands cinéastes. Cerise sur le gâteau, le public était au rendez-vous et les dollars s'amassaient rapidement. Hollywood avait trouvé un nouveau filon d'or.

Depuis, il ne se passe pas trois mois sans que ne sorte un film de super-héros. "Il n'y a en effet jamais eu autant de films à leur gloire que ces dernières années, confirme Mark Webb, réalisateur de Spider-Man. Les raisons sont diverses. Mais la principale est que nous vivons dans un monde en crise. Que les menaces sont partout et diverses. Il faudra toujours quelqu'un pour s'interposer et sauver le monde, que ce soit d'un point de vue écologique. Ou pour se battre contre les injustices grandissantes. Qui ne veut pas, comme eux, la paix et la justice?" Aujourd'hui, la suprématie des films de super-héros est donc totale. Et considérant l'engrenage du succès, on ne voit pas bien ce qui pourrait les faire descendre de leur piédestal.

En effet, ces films s'offrent désormais les meilleurs acteurs (Christian Bale, Robert Downey Jr…), les meilleurs réalisateurs et les meilleurs effets spéciaux grâce aux budgets colossaux dont ils disposent. "Je ne vois pas venir la fin de cette suprématie, ajoute Webb. Depuis quatre-vingts ans, ces personnages traversent les époques et les changements majeurs de société sans prendre une ride. Si nous continuons de les respecter artistiquement, le public devrait continuer de les adorer de longues années encore."

La spécificité Marvel

De tous les super-héros, c'est probablement Batman le plus célèbre. Après deux films signés Tim Burton, deux autres par Joel Schumacher et la récente trilogie de Christopher Nolan, il va être à nouveau adapté dans une série de films. Après Michael Keaton, Val Kilmer, George Clooney et Christian Bale, c'est cette fois Ben Affleck qui se glissera dans le costume de l'homme chauve-souris. Et paradoxalement, à vrai dire, l'information n'intéresse pas grand monde pour le moment. Pourquoi? Parce que Batman vient de prendre un sacré coup de vieux.

Les responsables de cette infamie sont les héros issus de chez Marvel Comics: Thor, Captain America, Iron Man, Hulk, les X-Men. Et bien sûr Spider-Man, autre superstar des super-héros, qui revient cette semaine hanter les toiles. Ce sont eux aujourd'hui qui tapissent les chambres des ados aux quatre coins de la planète. Echappés des comics, ils viennent désormais sauver le monde quatre à cinq fois par an au cinéma, remplissant par la même occasion les poches des exécutifs bien installés dans leurs bureaux hollywoodiens.

"Marvel, c'est du pur divertissement, commente Joe Russo, réalisateur du récent Captain America. Nous vivons des temps compliqués et le public veut s'évader. Force est de constater qu'il le fait à travers les héros de chez Marvel. Des figures héroïques qui peuvent être des modèles. Mais qui ne sont pas parfaits non plus. Qui souffrent, qui ont des doutes. Et se battent aussi contre eux-mêmes. C'est pour cela qu'ils cartonnent. En opposition, les super-héros créés par DC Comics (Batman, Superman, Green Lantern, Wonder Woman) sont plus sérieux, plus premier degré, sans aucun sens de l'humour sur eux-mêmes. Ils sont tragiques. Ce qui n'est absolument pas le cas des héros Marvel, qui ont tous un réel sens de l'humour vis-à-vis d'eux-mêmes. Une certaine ironie. Je crois qu'elle est là, la spécificité des héros Marvel. Et la raison principale de leur succès."

Rencontré ce week-end à Paris, Andrew Garfield, le jeune acteur qui offre ses traits à Spider-Man dans ce nouveau reboot (le précédent était interprété par Tobey Maguire) va dans le même sens: "La force des héros Marvel et de Spider-Man en particulier que je connais mieux, c'est d'être à la fois ordinaires et extraordinaires. Ils sont joueurs et s'amusent d'une certaine manière de leurs super-pouvoirs. De plus, ce ne sont pas des justiciers au premier sens du terme. En fait, je crois que les gens s'identifient plus aux héros Marvel qu'aux autres, parce qu'à l'origine, ce sont tous des freaks, des gens fêlés et blessés, qui à force de courage découvrent qui ils sont. Et deviennent en même temps des mecs bien et les héros de leur propre vie".

Notre dossier "Marvel" en intégralité dans le Moustique du 15 avril 2014.

Sur le même sujet
Plus d'actualité