Source Code: Le code est bon

On applaudit ce thriller inspiré de Memento et Inception, réalisé par le fils d'une légende, Duncan Jones, descendant de David Bowie.

28200

"Tout au long du tournage de Source Code, j’ai pensé à Memento et Inception. Des films dont vous ne sortez pas en vous demandant ce que vous allez manger", lance
Duncan Jones pour introduire son deuxième film. Cette formule alimentaire définit bien le style de ce polar qui donne des clés, mais oublie de dire où se trouve la serrure. Et si on comprend d'emblée que Jones nous fait le coup du huis clos (Hercule Poirot en plus techno), son traitement pousse l’histoire dans ses derniers retranchements. Colter (Jake Gyllenhaal) teste un processus scientifique qui permet de prendre la place d'une personne et de revivre les huit dernières minutes de sa vie. À charge pour lui de revivre les moments précédant un attentat pour en identifier les auteurs et dénicher la bombe avant explosion. À chaque échec, les chances de retourner dans le passé diminuent. Et quand c'est Chicago qui est menacée, il n’a plus droit à l’erreur…

Après le superbe Moon (2009), hommage décalé aux classiques de la science-fiction, Source Code mêle polar et fantastique, sans qu’un style ne cannibalise l’autre. "Avant de tourner, je me suis repassé tous les Hitchcock, commente Duncan Jones.Les oiseaux ou Psychose n’ont aucune dimension fantastique, je me suis inspiré de leur manière de faire monter la tension et de la maintenir durant tout le film." Source Code tire donc sa réussite d’une équation à trois variables: une histoire forte, des acteurs logiquement à la hauteur et un traitement cinéma haletant. Le tout couplé à un joli coup de marketing, la fin ouvrant la porte à un second épisode. "Mais qui serait alors réalisé par quelqu’un d’autre. Comme vous le savez, on ne se répète jamais dans la famille", lâche-t-il du bout des lèvres, conscient de l’hypocrisie qui consisterait à ne pas vouloir aborder la figure du père…

Duncan Jones n’est autre que le fils d’un certain David Jones, plus connu sous le pseudo de David Bowie. "C’est sans doute à cause de lui que j’ai pris du temps pour trouver ma voie. (NDLR – Le fiston avait déjà 36 ans à la sortie de son premier film.) Je suis intéressé par la musique et j’écris aussi des chansons. Mais juste pour moi. Si je sortais un disque, on me taxerait de "fils de". Si je ne dois aucun piston à mon père, je lui dois par contre ma passion du cinéma. Nous étions une des rares familles de New York disposant d’un lecteur U-matic, le lointain ancêtre de la cassette vidéo. Et il m’organisait des séances du premier Star Wars ou de films d’Hitchcock. On m’a évidemment proposé des histoires où je le dirigerais. Mais il s’est enfin remis à la musique. Ce sera donc pour plus tard…"

Source Code

Réalisé par Duncan Jones (2011). Avec Jake Gyllenhaal, Michelle Monaghan, Vera Farmiga – 93’

Sur le même sujet
Plus d'actualité