Sophie Galet, une fille très nature

Dans le livret de son nouvel album "Stella Polaris", Sophie Galet remercie les arbres. Normal pour une artiste qui, enfant, rêvait de devenir garde forestier et qui trouve son inspiration au cours de longues promenades solitaires dans la nature.

134498

"Je m'y sens beaucoup mieux qu'au contact de certains êtres humains,avoue-t-elle timidement. Mes parents n'étaient pas musiciens et encore moins mélomanes. Nous n'avions pas la télé. Du coup, j'ai peu de références culturelles à mettre en avant. C'est en observant le monde extérieur, en admirant une plante, un cours d'eau qui se perd ou un vieux livre défraîchi que naissent mes chansons. "Stella Polaris" est le nom d'une villa. Peu après la sortie de mon premier disque, je suis partie en vacances au bord du littoral français. Un matin, au lever du soleil, j'ai vu ce nom sur une plaque de maison et j'ai su que j'avais trouvé le titre de mon futur album. Un moment magique."

Sur le remarquable et remarqué "Cyclus" en 2006, Sophie Galet chantait – en anglais – son vague à l'âme sur des chansons folks apaisées et lumineuses. À l'époque, Moustique dressait la comparaison avec Joni Mitchell, Emmylou Harris et, déjà, Françoise Hardy. La belle rousse a donné peu de concerts ("j'avais du mal à me retrouver sur les devants de la scène"),mais nous ne l'avons pas perdue de vue. Elle a eu un enfant avec son amoureux Benjamin Schoos (alias Miam Monster Miam). Et son job full timede graphiste ne l'a pas empêchée d'exprimer ses talents de multi-instrumentiste au sein de tous les projets du label Freaksville Record (Jacques Duvall, Phantom feat. Lio…).

Pour son nouvel album, entièrement chanté en français, Sophie a composé dans son coin sans l'aide de personne. Et ça lui réussit plutôt bien. Elle aime les mises au vert, mais sait aussi raconter de belles histoires fantasmées (L'excelsior qui évoque une relation triangulaire sans issue) ou non. Mêlant guitares boisées et cordes discrètes, déclaration d'amour tonique (J' t'ai dans la peau)et interrogations existentielles (Ma place), la chanteuse belge signe un album qui lui ressemble: discret, vrai et naturel.

 

 

L'excelsior

Même si tu t'enfuis

Le 28/1O au Botanique.

Sophie Galet
Stella Polaris
Freaksville

Sur le même sujet
Plus d'actualité