Serge Gainsbourg: La nostalgie camarade

Son héritage culturel se décline sous tous les formats. Avec de belles surprises à la clé. Suivez le guide...

19937

Trop souvent sollicitées dans le passé, Jane Birkin et Charlotte Gainsbourg préfèrent rester dans l’ombre des hommages marquant le vingtième anniversaire de la mort (survenue le 2 mars 1991) de Serge Gainsbourg. Seul membre du « clan » à sortir du bois, Lulu, fils de Serge et de Bambou, a choisi Libération pour se dévoiler en exclusivité. Agé de 25 ans et installé aux Etats-Unis, il avoue toutefois ne garder que très peu de souvenirs de son père. « Des verres d’alcool brisés, des rires, c’est à peu près tout. J’en ai même douté, d’être son fils, vous voyez »,confie-t-ildans une rare franchise.

Lulu, qui a étudié la musique au très prestigieux Berklee College de Boston,enregistre actuellement son premier album. Un disque de reprises. De qui? De papa, bien sûr, mais avec des invités. Il relit ainsi Requiem pour un con avec M et Bonnie & Clyde avec Scarlett Johansson. Johnny Depp, Vanessa Paradis, Norah Jones, Mika, voire Radiohead sont aussi sur sa liste. Un premier single doit sortir cet été et des concerts sont déjà programmés aux Etats-Unis.

Comme un boomerang

En attendant, l’heure est à la redécouverte de l’héritage de Serge Gainsbourg. Et ça tombe de partout… Fort logiquement, sa maison de disques Universal Music se taille la part du lion avec une nouvelle intégrale de ses enregistrements. Certes, il faut y mettre le prix (comptez 160 €), mais l’objet est impressionnant.On y retrouve tous ses albums enregistrés entre 1958 et 1991, deux CD consacrés aux chansons et musiques de films, une biographie de 50 pages, un portfolio de 25 photos et manuscrits, ainsi qu’un album bonus de vingt-trois inédits puisés dans les armoires d’Europe 1 et de l’Institut national français des archives (INA).

Bijou parmi les bijoux, la version de travail de Comme un boomerang écrite pour Dani est chantée ici par son auteur. Longtemps recherchés par les DJ, les instrumentaux de Requiem pour un con et Melody Nelson bénéficient enfin d’une version officielle. La maquette piano/voix de La javanaise, la rareté Les escrocs datant de 1964, une reprise reggae de Je t’aime (non plus), la prise intégrale de Je suis venu te dire que je m’en vais, ainsi que les relectures de J’entends siffler le train (Richard Anthony) et Les play-boys (Jacques Dutronc) valent le détour. Par contre, Les papiers qui collent aux bonbons, issu des sessions de l’album « Vu de l’extérieur » en 1963, rappelle que le grand Serge a aussi pondu des daubes indignes de son talent.

Parallèlement à cette intégrale, Universal Music publie le best of »Comme un boomerang ». Attention! C’est le même double album que celui sorti voici quelques années sous le titre « Gainsbourg Forever ». Sauf que la photo de pochette a changé et seule la version de Comme un boomerang chantée par Serge a été ajoutée. Vendue séparément, une autre compilation double CD propose, pour sa part, une sélection de 47 chansons qu’il a écrites pour d’autres interprètes. Jane Birkin, Brigitte Bardot et sa fille Charlotte sont bien sûr au rendez-vous, mais aussi Vanessa Paradis, Catherine Deneuve, Isabelle Adjani, France Gall, Marianne Faithfull, Claude François (mais si, mais si, avec Hip hip hip hurrah) ou encore Alain Chamfort. Dommage toutefois qu’aucun extrait de « Play Blessure », le chef-d’œuvre écrit pour Alain Bashung en 1982, ne soit repris ici.

Les addicts du vinyle peuvent aussi trouver leur bonheur avec la réédition en format 33 tours/25 cm des quatre premiers albums de Serge Gainsbourg: « Du chant à la une », « N°2 », « L’étonnant Serge Gainsbourg », « N°4 ». Toujours chez Universal, il est aussi question d’une réédition, courant 2011, de « L’histoire de Melody Nelson » agrémentée d’un CD de versions instrumentales de son album concept. Signalons encore pour les collectionneurs la parution sur le label Discograph

Sur le même sujet
Plus d'actualité