Sécurité rapprochée (Safe House)

Peu de réalisateurs sont capables de captiver leur public à partir d’un pitch très sommaire. Comme Spielberg qui, avec Duel, filme l’histoire très banale d’un méchant camion poursuivant avec une assiduité maladive la voiture d’un petit voyageur de commerce.

318391

La trame entière tient sur une ligne. Mais la mise en scène du réalisateur est tellement inventive qu’il scotche son public sur son siège! Safe House part aussi d’une intrigue liminaire. Une jeune recrue de la CIA escorte un agent double, poursuivi par une horde armée qui ne lui veut pas que du bien. Et ça commence plutôt pas mal.

La caméra, nerveuse, se faufile avec agilité dans les scènes d’action et fait penser au style énergique de Paul Greengrass (La vengeance dans la peau). C’est après que ça se gâte. Loin de filer son chemin comme les bons films d’espionnage d’antan, le récit s’embourbe dans les clichés faciles. Auteur du fantastique Easy Money, Espinosa ne nous offre cette fois que 45 premières bonnes minutes de cinéma. Mais elles sont passionnantes.

Voir les salles où ce film est à l'affiche

Safe House
Réalisé par Daniel Espinosa (2012). Avec Denzel Washington, Ryan Reynolds, Brendan Gleeson – 116’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité