Secret Story: Il était une Voix

Il scrute, punit et récompense les candidats de Secret Story. Tout le monde l'appelle "la Voix". Mais derrière elle, se cache un fin connaisseur de la machine télévisuelle.

466717

Secret Story n'a jamais caché le nom de son ancêtre: Big Brother, émission de téléréalité créée en 1997 par le Néerlandais John de Mol, magnat des médias. Une référence scandaleusement assumée au roman 1984 de Georges Orwell, qui peignait une société où la liberté n'avait plus son mot et à dire, et où la "voix" du tyran Big Brother rappelait régulièrement à ses citoyens les lois en vigueur. Un scénario effrayant, que la société Endemol a condensé dans une seule émission en la décrivant comme un simple jeu. Un jeu où les candidats sont enfermés nuit et jour et dont les règles sont régulièrement rappelées par une Voix sans corps ni nom.

Qui se cache derrière ce personnage totalement désincarné? Au début de l'émission, les rumeurs les plus folles ont fourmillé sur la Toile. Certains ont prétendu que la Voix était le produit d'un programme informatique sophistiqué. D'autres ont affirmé qu'il s'agissait d'une femme. Les plus inspirés ont même évoqué une sorte de prêtre recruté par Endemol pour prêcher la bonne parole et punir les mauvais élèves. Aucun doute: la production avait réussi son coup en entretenant soigneusement le mystère autour de cette entité abstraite et impénétrable. Qui, à chaque intervention dans la maison des secrets, avait le don de rendre les candidats aussi anxieux que perplexes.

Bien sûr, en six ans, la vérité a eu le temps de se dessiner. La Voix a été démasquée et a même fini par accepter quelques interviews. Mais elle a été trop bavarde, notamment en 2008 lorsqu'elle a avoué le nom de ses chouchous à un animateur radio, ou qu'elle a révélé ses activités "hors Secret Story". Du coup, Endemol a resserré la vis. Pas question que la Voix devienne un personnage public. Elle doit rester dans l'ombre, désincarnée et secrète. On peut en témoigner: notre demande d'interview s'est révélée un véritable parcours du combattant. On nous a d'abord demandé de promettre, par écrit, de ne jamais révéler son nom (alors qu'il figure au générique de l'émission), ni de publier sa photo. On a ensuite exigé que nous envoyions nos questions par e-mail, en nous indiquant que la Voix nous enverrait ses réponses. Ces questions ont été refusées, jugées trop "personnelles" par le cadenas Endemol. Inutile de préciser que, dans ces conditions, nous avons fait l'impasse sur un quelconque entretien…

À portée de main

La Voix s'appelle donc, en réalité, Dominique Duforest. Ce n'est ni un gourou, ni un disque dur, ni une jolie demoiselle. C'est un homme de 61 ans qui, un beau matin, a été contacté par une certaine Alexia Laroche-Joubert, alors directrice de la Star Academy. La production de Secret Story cherchait une Voix depuis belle lurette. Elle ne savait pas que son sésame se trouvait tout près d'elle, au sein même d'Endemol: l'homme officiait en tant que responsable de castings du célèbre télécrochet français. Après un test concluant, l'homme a d'abord refusé l'offre, car il s'apprêtait à partir en vacances. Mais le dieu Endemol a su se montrer (financièrement?) très convaincant.

Avant d'ouvrir la porte des secrets, Dominique Duforest connaissait déjà l'univers des médias sur le bout de la voix. Il en était même l'une des stars: en 1982, lors de la création de la radio NRJ, on lui confie la fameuse "matinale". Très vite, le gaillard impose à la fois son timbre, sa pertinence et ses connaissances musicales. Il devient l'intervieweur-vedette de la station, décrochant des entretiens avec Paul McCartney, David Bowie, Barry White, Mick Jagger ou Stevie Wonder. À l'époque, déjà, c'est dans l'ombre qu'il acquiert sa notoriété. Son visage est inconnu des passants et ne figure jamais sur la couverture d'un magazine. C'est donc en silence que l'homme se félicite d'avoir réalisé la première interview du groupe Nirvana en France.

Prof de play-back

Cette ombre, il n'est pas près de la quitter. La radio l'a happé durant quinze bonnes années (après NRJ, il a notamment dirigé RMC ou Rire et chansons). Ensuite, Dominique Duforest a organisé de nombreux castings pour des comédies musicales (Gladiateur, Don Juan, Bagdad Café…). Aujourd'hui, Secret Story l'occupe en moyenne une quinzaine de semaines par an. Et quand il n'observe pas les cobayes de cette scintillante prison ultra-surveillée, il n'est jamais très loin des caméras pour autant. Mais jamais devant, puisqu'il apprend aux artistes à chanter en play-back à la télé, tout en leur enseignant comment se tenir devant une caméra ou répondre à des interviews…

Mais ce n'est pas tout. Dominique Duforest a également rédigé plusieurs ouvrages. Parmi les plus excitants: Disco: le dico,paru en 1996, et surtout La téléréalité de A à Z (2006), parfait manuel du futur candidat à une émission du genre, où il prodigue des précieux conseils à qui veut se frotter à ces drôles d'aventures télévisuelles sans lendemain. Boulimique de boulot et de projets, la Voix ne se repose pratiquement jamais. Et si la télévision constitue l'un des décors clés de sa carrière actuelle, elle n'oublie pas qu'elle a aussi dirigé une boîte de nuit, qu'elle a pris les commandes d'un restaurant et travaillé dans une agence de voyage.

Un caméléon, sans aucun doute. Et qui, manifestement, se plaît à rester en dehors des projecteurs. "Ça me va très bien", aime-t-il répéter, même s'il n'exclut pas une reconversion dans la fiction dans les années à venir. Pour l'instant, Dominique Duforest est passionné par les médias et le discours télévisuel. Rien d'étonnant, dès lors, que le gaillard assume pleinement le fait d'être enveloppé de paradoxes. Secret Story a fait de lui l'anonyme le plus célèbre de la télévision hexagonale. Il cultive la discrétion, alors que l'émission fait l'apologie de l'indiscrétion. Et quand on l'a contacté personnellement pour lui arracher quelques mots, il en était ravi: il connaît très bien le Moustique et sa mère a longtemps vécu à Bruges. Oui, mais voilà: il bosse aussi pour une boîte qui ne prend pas les règles du jeu à la légère. Et qui ne considère pas la Voix comme un être tout à fait libre…

SECRET STORY – LA QUOTIDIENNE DU LUNDI AU SAMEDI TF1 18H10
LE PRIME VENDREDI TF1 22H25

Sur le même sujet
Plus d'actualité