[Santé] – 6 conseils sur le soleil

On fait parfois des milliers de kilomètres pour le rencontrer, et on croit tout connaître de ses réalités. Erreur... 

1140183

Chaque année, c'est la même rengaine. Vacances obligent, on nous inonde d'informations sur les dangers du soleil. On connaît tous le risque majeur d'une trop forte exposition à l'astre du jour: le développement d'un cancer de la peau. En Belgique, on enregistre chaque année plus de 1.500 nouveaux cas de mélanomes. Pas toujours à cause de l'abus de bronzage, mais souvent. Pour éviter ce genre de graves pépins, on rappellera les mesures les plus élémentaires: éviter les heures les plus chaudes, ne jamais lésiner sur la crème à bronzer… Que du classique. Mais quelques autres précisions sur la vraie nature du soleil s'imposent parfois.  

 

#1 Ne jamais le fixer à l'œil nu

A chaque nouvelle éclipse solaire, on met en garde contre le danger qui consiste à regarder l’astre du jour fixement sans se protéger. On risque de se brûler les yeux. Ce n’est pas une métaphore. Le physicien et mathématicien belge Joseph Plateau en a fait l’amère expérience. Un jour d’été en 1829, il s'est forcé à fixer le soleil à l'œil nu pendant 25 secondes afin d'en analyser les conséquences physiques. Sa rétine brûla! Il perdit momentanément la vue, puis la retrouva très endommagée après quelques jours et finit totalement aveugle 14 ans plus tard. Personne n'est obligé de la jouer Plateau, mais rappelez-vous qu'une bonne paire de lunettes de soleil n'est jamais un luxe, même quand les vacances ne sont pas d'hiver.

 

#2 Eviter les bains d'altitude

On l'a dit, les rayons ultraviolets sont puissamment cancérogènes. Heureusement, ils sont filtrés par la couche d’ozone et lorsqu’ils atteignent notre peau, ils ont perdu l’essentiel de leur dangerosité. Ce n’est pas le cas dans l’espace. C’est pourquoi on recommande aux astronautes de ne surtout jamais prendre de bains de soleil en orbite. Sur terre, même topo: méfiez-vous des vacances en altitude, la couche d'ozone y est naturellement moins épaisse (et puis vous êtes plus près du soleil…). Attention aussi aux épisodes météorologiques de haute pression qui réduisent la couche d’ozone.  

 

#3 Ne pas se fier aux vitres

Les rayons du soleil sont constitués de rayons infrarouges (qui chauffent) et ultraviolets (qui bronzent). Les premiers sont bloqués par l’eau mais pas par le verre. Pour les seconds, c’est plutôt l’inverse. Ce qui explique qu'on peut effectivement encore se prendre un coup de soleil quand on nage juste sous la surface de l'eau. Ceci dit, méfiez-vous de cette règle générale. Il est toujours possible de virer tout rouge en restant longtemps derrière une vitre, du moins si celle-ci est suffisamment fine pour laisser passer quelques ultraviolets.

 

#4 Faire confiance aux Bédouins

Pas besoin d'un dessin: lorsqu’on s’habille avec des vêtements qui absorbent les rayons, comme le noir, on encaisse plus d’infrarouges et donc on s’expose à la surchauffe. De ce fait, on recommande classiquement de s’habiller dans des teintes claires en été. Pourtant, les Bédouins, eux, choisissent de se couvrir au contraire de larges robes noires appelées thoabs qu’ils enfilent par-dessus une chemise ample en coton blanc. Le mystère de cet accoutrement a été percé récemment. En fait, le tissu noir en contact avec l'extérieur absorbe la chaleur qui se trouve ensuite bloquée par le tissu blanc. Coincée entre deux couches de tissu, celle-ci s’échappe par l’encolure et donc l’association d’étoffes fait office de soufflet qui apporte un peu de fraîcheur au niveau de la peau.

 

#5 Ne pas naître au Brésil

Plusieurs maladies découlent d’une incapacité à encaisser la lumière du jour. On connaît les albinos, qui sont dépourvus de ces pigments de mélanine qui permettent le bronzage. Sous l’effet du soleil, les cellules de la peau cassent littéralement. Ce qui pousse les victimes à perpétuellement vivre à l’ombre. Il existe aussi une maladie appelée xeroderma pigmentosum (XP), littéralement "derme sec et pigmenté" qui se traduit par des brûlures sévères à la moindre exposition. Le réalisateur hispano-chilien Alejandro Amenábar s'est inspiré de cette maladie dans son film Les autres (2001) où deux jeunes victimes de cette maladie – on les appelle des "enfants de la lune" – vivent cloîtrés dans un manoir. D'ordinaire, le XP frappe environ 1 à 4 personnes sur un million. Mais une ville du Brésil, Araras, est particulièrement touchée. Là-bas, une personne sur quarante est victime de xeroderma pigmentosum!

 

#6 Laisser son chat se lécher au soleil

On le sait, sans le soleil, aucune vie sur terre ne serait possible. Les rayons ultraviolets sont nécessaires à la photosynthèse qui permet la croissance des plantes. Ils dépolluent l’eau. Ils interviennent aussi dans la production de vitamine D par la peau, ce qui explique pourquoi il est si important de s’exposer à la lumière du jour au moins une demi-heure par jour. La recommandation vaut pour les hommes. Mais aussi pour les animaux. Les chats, par exemple. Chez eux, la vitamine D est synthétisée dans les poils et pour l’assimiler, ils se lèchent les pattes tout simplement!

Sur le même sujet
Plus d'actualité