Romain Duris « Moi, j’ai aimé tous mes âges »

Après L'auberge espagnole et Les poupées russes, Romain Duris, éternel jeune homme du cinéma français, nous revient pour clôturer la trilogie de Cédric Klapisch. Prochaine station: New York.

997456

Pour Romain Duris, 2013 fut "vraiment pas mal, ma foi". Côté cinéma, il a aimé La vie d'Adèle et Gravity. Rayon musique, il s'est pâmé devant le génie de ses amis de Daft Punk et le succès de Stromae. "Ce garçon est pour moi une découverte incroyable. Je trouve qu'en plus, un réel acteur sommeille en lui." Bilan professionnel: s'il tourne normalement assez peu, Romain Duris a fait une entorse à la règle puisque, ces douze derniers mois, on l'a vu dans trois films: Populaire, L'écume des jours et aujourd'hui Casse-tête chinois de Cédric Klapisch où il endosse pour la troisième fois le rôle de Xavier, gamin rêveur en Erasmus à Barcelone qui se retrouve aujourd'hui père divorcé à New York. Saga générationnelle débutée en 2002, la trilogie de Klapisch aura donc vu grandir Romain Duris. L'occasion de faire le point avec lui sur les plus beaux âges de la vie. "Moi, j'ai aimé tous mes âges. A 18 ans, tout est possible et en même temps tout est fragile. Tout peut se casser la gueule très vite et très douloureusement. On a plein de passion, de désir, c'est un âge ou les choses se bousculent et il ne faut pas nous faire chier. Il y a une espèce de côté rebelle qui est précieux. 18 ans, j'ai trouvé que c'était intense. J'ai aimé ça…"

Et trente ans, ça vous a plu aussi?

Romain Duris – Curieusement, c'est beaucoup moins clair. Je ne sais même pas à quel film correspondent mes trente ans. Les choses se sont enchaînées naturellement. J'ai pris un rythme. Trente ans, je suis sur une route…

Vous êtes né en 1974, vous aurez donc bientôt quarante ans, une perspective qui vous réjouit?

R.D. – J'en suis même ravi. Parce que je ne sens encore rien de brutal. Je me sens encore jeune. Ne fût-ce que dans les personnages que j'interprète. En fait, je réalise que dans tous les rôles que j'accepte, il y a encore beaucoup de jeunesse. Que je continue d'aller vers un cinéma dynamique, frais et rythmé. Comme si je m'éloignais inconsciemment des rôles plus classiques.

La rencontre complète avec Romain Duris dans le Moustique du 11 décembre 2013.

Romain Duris est à l'affiche de "Casse tête chinois" dès ce 11 décembre 2013

Sur le même sujet
Plus d'actualité