Rolling Stones: La revanche des dinos

En 1978, les groupes punks crachent tant qu'ils peuvent sur les vieux dinosaures du rock tandis que le disco achève lentement mais sûrement sa conquête des charts mondiaux.

142955

Coincés entre le marteau et l’enclume, les Rolling Stones se doivent de réagir, mais personne n’y croit vraiment. Ils sont tous quadras, donc "vieux" aux yeux de l’establishment. Et puis, Keith Richards s’est fait coincer à Toronto avec de l’héroïne et les Etats-Unis menacent de ne plus lui accorder de visa d’immigration, ce qui signifierait la fin des tournées nord-américaines et donc la fin du groupe. Bref, ça craint.

Attaqués de toutes parts, les Stones se rebiffent et signent "Some Girls" considéré à juste titre comme le disque de la revanche. Numéro un aux Etats-Unis, il reste aussi l’une de leurs meilleures ventes en album et, de manière plus personnelle, fait partie de notre top 5 stonien.

Jagger, qui passe pas mal de temps à New York à cette époque, assimile toutes les musiques (punk, latino, disco, hip-hop) qu’il entend dans les clubs et les passe à la moulinette Stones. La Grande Pomme est aussi présente dans la plupart des textes.

Dans le désordre, ça nous donne donc un grand hymne disco avec Miss You et sa rythmique four on the floor, un rap/fusion à rendre jaloux The Clash (Shattered), du rock garage (Respectable), une chanson country pour faire pleurer les filles (Faraway Eyes), des paroles salaces pour faire bander les mecs (Some Girls), une cavalcade de Keith (Before The Make Me Run),un refrain pour stade (Beast Of Burden), sans oublier une reprise des Temptations (Imagination). La réédition "deluxe" de "Some Girls" ajoute à l’album original remastérisé pas moins de douze chansons inédites qui confirment la volonté des Stones de se diversifier, notamment au travers d’une reprise de Hank Williams (You Win Again) ou d’un blues vicieux (Petrol Blues).

Ce n’est pas une coïncidence, Eagle publie parallèlement en CD/DVD un concert de la tournée américaine de "Some Girls" et c’est plutôt rentre-dedans. Seules fautes de goût, le t-shirt "Destroy" de Mick Jagger et son pantalon en skaï noir piqué à Plastic Bertrand.

 

 

The Rolling Stones
Some Girls (Réédition deluxe 2 CD)

Some Girls Live In Texas (CD + DVD)
Eagle/PiaS

Sur le même sujet
Plus d'actualité