Roger Hanin – Navarro perd un père

Célèbre commissaire, célèbre beau-frère, il avait le sourire carnassier de celui qui voulait réussir sous la lumière. Et il y est arrivé. Il avait 89 ans.

1282097

Cousin lointain de Derrick (en moins kitsch et avec plus de poigne) et vague descendant de Columbo (en nettement moins commode), le commissaire Navarro se confond avec son interprète. Une écharpe restée célèbre lie les deux hommes à jamais. La série – vrai phénomène populaire – finira par occulter le reste de la carrière de Roger Hanin qui n'a pourtant pas voué toute sa vie à ce flic, l'un des plus célèbres, sinon le plus célèbre, de France. Le personnage monopolise l'attention du public sur la trajectoire de Roger Hanin – de 1989 à 2007, dates de production de cet objet post-Touche pas à mon pote. Le feuilleton, qui démarre dans le sillage de l'action de SOS Racisme, explore l'inconscient de la France black-blanc-beur et éclaire sur les nouveaux comportements nés en banlieue. Culture caillera, trafic en tous genres (et surtout de drogues), prostitution, immigration… – rien n'est rose dans les enquêtes du commissaire Navarro mais le public de TF1, déjà remonté à bloc avec un JT de 20 heures hyper suivi et particulièrement anxiogène, en redemande. Il plébiscite cette série comme l'une de ses préférées, et la classe au panthéon des productions "jambon beurre et croque monsieur" avec Julie Lescaut, Une femme d'honneur et Joséphine, ange gardien. 

1960

Ce n'est pas ce que l'on retiendra de la filmographie de Roger Hanin et pourtant… Cette apparition (en robe de chambre milord et en manager homo) auprès d'Alain Delon dans Rocco et ses frères lui permet d'aligner un nom prestigieux dans son CV – celui de Luchino Visconti). C'est le deuxième après celui de Jean-Luc Godard qui le dirige dans A bout de souffle. Tout le monde se souvient que Godard a fait tourner Chantal Goya mais tout le monde a oublié qu'il a refait le coup avec Hanin. Justice est faite.

1964

Avec Claude Chabrol qui l'engage pour deux films d'espionnage à la papa – Le Tigre aime la chair fraîche (ce titre!) et Le Tigre se parfum à la dynamite (on n'en fait plus des comme ça). Ce doublet suit deux autres films mettant en scène les aventures "whisky et p'tites pépées" d'un autre agent des services secrets français: La valse du Gorille et Le Gorille a mordu l'archevêque (et tout ça joué avec un sérieux de pape.)

1981

Hanin, fils d'un fonctionnaire des PTT d'Alger et petit-fils d'un marchand de tissus, s'est aussi distingué par son engagement politique auprès de son beau-frère, François Mitterrand qu'il soutient dès le milieu des années 60. Dans le premier cercle, il accompagne le candidat socialiste durant la campagne présidentielle jusqu'à la victoire – historique et hystérique – du 14 mai 1981. Rappel généalogique: l'épouse de Roger Hanin, la productrice Christine Gouze-Rénal, est la soeur de Danielle Mitterrand, femme du Président.

1982

Dans Le grand pardon. Cette histoire d'un clan mafieux construit autour d'une famille juive, typique du cinéma d'Alexandre Arcady qui a déjà travaillé avec Hanin dans Le coup de sirocco, finit d'installer l'acteur dans cette stature imposante qu'il ne quittera plus et qui plaisait tant au grand public. Le film affiche quelques beautés d'époque comme Anny Duperey (photo) ou Clio Goldsmith (si quelqu'un se souvient d'elle, et si c'est le cas, c'est sans doute plus pour ses photos dans le magazine Lui que pour ses chefs-d'oeuvre au cinéma.)

1986

Lors d'un meeting du PS, avec Danielle Mitterrand et son épouse Christine Gouze-Rénal. Lors de l'élection de Mitterrand, il jouera un rôle, quelque part entre le public relation et l'organisateur d'événements. Il finira par voter Sarkozy en 2007.

2000

Dernier coup de projecteur médiatique avec cette Trilogie de Pagnol où il interprète César (qui d'autre?) et dans laquelle il se glisse avec l'aisance de ceux qui savent ce que ça fait de penser sous le soleil. En 2008, il annonce sa retraite et clôt le chapitre par cette phrase du parfait saltimbanque fatigué: "J'ai fait mon tour, comme in dit."

Sur le même sujet
Plus d'actualité