Rodeo Boy – Dallas Buyers Club

Dallas, Texas, 1986. Ça commence avec une scène de rut à cru dans les coulisses crasseuses d’un show de cow-boys. Mi-homme, mi-bête, Ron Woodroff (McConaughey) est Texan, homophobe et séropositif.

1031176

Réalisé par Jean-Marc Vallée. Avec Matthew McConaughey, Jared Leto, Jennifer Garner – 117’.

 Les médecins ne lui donnent plus que trente jours à vivre. Se libérant de tous ses préjugés, Ron va basculer dans le militantisme underground gay et monter un club de médicaments illégaux pour traiter les malades du sida. Le compte à rebours de ce film extrême commence dès les premières minutes. Et ne vous lâchera plus. Inspiré de l'histoire vraie de Ron Woodroff, le dernier film du réalisateur canadien Jean-Marc Vallée (C.R.A.Z.Y., Café de Flore) frappe fort. Et pour cause.

Construit comme un anti-Philadelphia (avec Tom Hanks en malade du sida qui se dégrade en cours de film jusqu’au climax final), Dallas Buyers Club vous tient de bout en bout sur la corde de l’extrême. On salue le portrait d'un homme libre bien que condamné, révélé par sa maladie dans une Amérique effrayée par la découverte du virus, époque Rock Hudson. On salue l’extraordinaire duo d'acteurs: Matthew McConaughey et Jared Leto (sublime dans un rôle de transsexuel toxico qui rappelle Requiem For A Dream), impressionnants à moins 25 kilos chacun – et enfin la puissance d’une mise en scène qui nous embarque dans un rodéo d'émotions. Jusqu’au dernier souffle.

Sur le même sujet
Plus d'actualité