Rock Werchter – Un Ocean d’amour

Samedi soir, le romantique Frank Ocean s’est glissé sur la scène de Rock Werchter. Coincé entre la baston électronique de Goose et les rafales pyrotechniques de Ramstein, le Californien a réussi à tirer son épingle du jeu. Tout en finesse.

897527

Entouré de six musiciens en costard-cravate, le chanteur se pose calmement derrière le micro, Vans aux pieds et t-shirt sur le dos. Si le R’n’B traîne souvent une réputation bling-bling, il ne faut surtout pas compter sur Frank Ocean pour cultiver les clichés. Chez lui, tout se joue dans la subtilité. En toile de fond minimaliste de son concert, une bagnole est projetée à travers le désert : une vision hypnotique qui conduira notre regard d’un bout à l’autre du show.

 

Quand on voit Frank Ocean pousser la voix, on se demande d’abord comment sa sensibilité s’est un jour retrouvée affiliée au collectif Odd Future. Plus tôt dans la journée, ses copains – la bande de Tyler The Creator – ont secoué le même endroit avec leur hip-hop outrancier.

 

Six heures plus tard, Frank Ocean monte sur les planches et donne dans l’hypersensibilité. Crooner à fleur de peau, l’artiste emballe ses mélodies sur des orchestrations impeccables. Sous les vagues d’Ocean, le R’n’B se réinvente un futur cinématographique, un truc magique, bercé de jazz, de funk et de dance.

 

Les tubes de l’album « Channel Orange »déchaînent les passions. On vibre pour Thinkin’ ‘Bout You, Super Rich Kids sans oublier le triangle d’or : Lost, Crack Rock et l’incroyable Pyramids. Au terme d’un spectacle intense, Frank Ocean enlève ses oreillettes et partage un a cappella (Swim Good) en toute intimité avec son public. Une belle histoire d’amour.

Sur le même sujet
Plus d'actualité