Rock Werchter – Laura Mvula, es-tu là ?

Retour dans le KluB pour apercevoir une des grandes voix de 2013.

894771

Diplômée du Conservatoire de Birmingham, Laura Mvula ne se distingue pas uniquement par son chant. C’est également une pianiste accomplie. Longues jambes et blouse blanche, la Britannique s’empare du micro pour défendre les perles de "Sing to the Moon", son premier album.

 

Sur scène, harpe, piano, contrebasse, violon et percussions habillent ses visions musicales. Le timbre haut perché, Laura Mvula surfe sur des harmonies vocales grandiloquentes, des chansons baroques orchestrées à la croisée du jazz, de la soul et du gospel. C’est très beau, mais souvent fort statique.

 

Attentive, presque recueillie, l’assistance sort de sa torpeur dès que le chant de la sirène noire retombe. Des applaudissements nourris récompensent systématiquement les refrains enchantés de Mvula. Si l’Anglaise assure la bonne tenue des sommets de son disque (Green Garden, That’s Alright, Sing to the Moon), on ne la sent pas toujours entièrement concernée. Elle est là, sans y être totalement.

 

Faut dire que passer sur la plaine de Rock Werchter entre Palma Violets et Balthazar, c’est un petit cadeau empoisonné. Pas contrariée, Mvula prône la paix et lâche une reprise de Bob Marley. One Love. Bon esprit.

Sur le même sujet
Plus d'actualité