Rock Werchter – The Hives à la Pelle

Chaque été, en Belgique, on peut apercevoir le rock’n’roll dans toute sa splendeur. Guitares, arrogance, mélodies, humour et hurlements: le groupe suèdois The Hives pulvérise tous les records de clichés sur surface rapide.

896573

Pendant la saison des festivals, les apparitions de la formation scandinave oscillent systématiquement entre Rock Werchter et le Pukkelpop. Cette année, le tour bus s’est arrêté en terre brabançonne.

 

Sur la Main Stage, The Hives entame les hostilités devant un parterre dégarni. Costumes de mariachi, dégaines de toréador, les Suèdois ne sont peut-être pas les plus forts mais, comme au football, ils peuvent compter sur un solide leader, un vrai tueur.

 

Sur la pelouse de Werchter, l’homme du match ne s’appelle pas Ibrahimovich mais Howlin’ Pelle Almqvist. Au confluent génétique de Jim Carrey et Mick Jagger, le chanteur met le feu aux poudres. Jamais étouffé par la modestie, Pelle reste persuadé que son groupe est, de loin, le meilleur du monde. On peut en sourire.

 

N’empêche, quand les Suèdois se mettent à tricoter du riff conquérant, ils intègrent vraiment le peloton des favoris, catégorie garage-punk. Die, All Right !, Tick Tick Boom, Walk Idiot Walk, les tubes se suivent et font monter la température. Sur une plaine de festival, la musique de The Hives reste le moyen le plus court pour drainer du monde, déclencher des pogos et rendre les gens tous sots : sous l’œil de la caméra de Werchter, un festivalier abaisse son slip. Sa façon à lui de saluer la prestation 100 % rock’n’roll livrée par The Hives. Respect.

Sur le même sujet
Plus d'actualité