ROCK WERCHTER : Cypress Hill dégaine le spliff et les hits

Si ses récents bidouillages électro/hip-hop avec Rusko (le EP "Cypress  X Rusko") et DeadMau5  (le morceau The Veidt) nous laissent quelque peu indifférents, la formation de South Central reste imparable quand elle propose une formule best of en live.

421167

C'est ce qu'elle a fait ce jeudi à Werchter et c'est sans doute ce qu'elle proposera le 8 juillet aux Ardentes.  Chose assez rare à Werchter pour le signaler, le groupe est arrivé avec un bon quart d'heure de retard sur scène et, horaire oblige, n'a pas  pu rattraper le temps perdu. Qu'importe, le public a répondu présent et a foutu un joyeux bordel sous le chapiteau The Barn.

 

Il a jumpé du début à la fin, se laissant une nouvelle fois emporter aveuglément par le flow peace de B-Real, les coups de patte de DJ  Muggs, les martellements de Sen Dog et les percussions ensoleillées d'Eric Bobo. Les tubes étaient de la party  (avec les old classics Insane In The Brane et How  I Could Just Kill a Man qui l'emportent comme toujours à l'applaudimètre), des incursions plus conscientisées et ces envolées latinos tex-mex qui font chavirer les coeurs et les corps (l'euphorique Latin Thugstiré de "Till Death Do Us Part").

 

Que demander de plus? Au final, on se dit que ces quinze minutes perdues les ont poussés à enchaîner sans temps mort, rendant leur set encore plus incisif. Un beau moment.

Sur le même sujet
Plus d'actualité