Rock Werchter – Blur

Damon Albarn était survolté, hier soir, sur la Main Stage de Rock Werchter

896791

 

De retour sur scène après une longue interruption de carrière, Blur a surclassé les autres concerts de Rock Werchter. Le groupe du beau Damon Albarn n’est plus venu chez nous depuis 2003.

 

Et encore, à l’époque, Graham Coxon était resté à la maison, un peu fâché, histoire d’apaiser certaines tensions internes. En fait, il faut remonter à 1999 pour retrouver une trace de Blur au grand complet sur une scène belge. C’était déjà à Rock Werchter…  Retour sur les lieux du crime.

 

Dire que le concert de Blur était énorme, c’est assez facile à écrire. A la description par contre, c’est beaucoup plus complexe. Dès le premier tour de piste, Blur évacue Girls & Boys. Le public fait corps et rebondit dans un même mouvement, totalement inconscient. Les tubes déferlent ensuite sur la plaine : Beetlebum, Coffee & TV, Country House, Parklife, Song 2, Tender, For Tomorrow , The Universal, tout y passe.

 

Sur les planches, Alex James esquisse de plantureuses lignes de basse, la guitare électrique de Graham Coxon écorche les mélodies par à-coups de distorsion, Dave Rowntree a pris du poids, mais derrière sa batterie, le gaillard demeure un bel athlète. Au micro, Damon Albarn fait hurler les filles avec sa dent qui brille. Blur évite l’écueil des clichés, greffant quelques nouveautés (Under The Westway) et autres curiosités (Caramel) au programme de la soirée.

 

Tout est là pour que le concert de ce vendredi prenne des allures de fête nationale. Mais, il y a quelque chose qui coince. Déjà, on ressent un petit malaise quand Alex James prend le micro pour s’adresser au public dans un français presque parfait. "In het nederlands", ça aurait été sympa aussi…

 

Mais bon, faut le comprendre Alex : en dehors de ses tournées avec Blur, il passe sa vie à produire du fromage de chèvre dans la campagne anglaise. ça ne lui laisse pas forcément le temps de se passionner pour les réalités géographico-linguistiques des pays hôtes. Dommage pour la Belgique…

 

Après, si le concert demeure irréprochable, on a rarement croisé un public de Blur aussi mou. Un vrai champ d’épinards. Sur la plaine, les montées d’adrénalines sont rares. Girls & Boys, Parklife et Song 2 soulèvent véritablement l’assistance. On ressent encore quelques secousses sur Country House. Pour le reste, l’audience est attentive, mais super passive. C’est bien simple : dans la fosse, For Tomorrow ne déclenche aucun effort physique.

 

Certains regardent d’ailleurs en direction de la scène comme s’ils assistaient, médusés, à l’élimination des Diables Rouge pour la prochaine Coupe du Monde. Mais Damon ne se démonte pas. Mieux, il proclame haut et fort "Werchter, you’re the best audience !" De là où on est, on peut voir son nez rallonger.

 

Difficile d’imaginer que le public de ce soir fait plus d’effets aux Anglais que les hordes de fans réunies sur la pelouse de Hyde Park lors de la clôture des JO de Londres. Mensonge ou pas, on a vécu un grand moment. C’est bien là l’essentiel.

 

Setlist Rock Werchter 2013 > Blur

Girls & Boys
Popscene
Beetlebum
Out of Time
Trimm Trabb
Caramel
Coffee & TV
Tender
Country House
Parklife
There's No Other Way
End of a Century
This Is a Low

Rappel :

Under The Westway
For Tomorrow
The Universal
Song 2

Sur le même sujet
Plus d'actualité