ROCK WERCHTER: Alabama Shakes, soul sister

Le concert qui fait du bien pour commencer la troisième journée, sans doute la moins alléchante de cette édition.

424228

Grosse hype soul -justifiée- de la saison, Alabama Shakes compte son quota de barbu ermite (un sur cinq), de parrain crédible (Jack White qui ne tarit pas d'éloges à leur égard), d'orgue Hammond, de ballades déchirantes (Heartbreaker, You Ain't Alone)et de roots southern garage pour rassembler tous les vrais fans de musique. Mais que dire alors de sa chanteuse Britanny Howard?

 

A elle seule, cette sista black remplace toutes les chorales d'Alabama. Quand elle chante le blues, elle est le blues. Quand elle part dans une envolée soul, elle fait danser les filles et presque chialer les mecs. Et si le groupe joue comme s'il se produisait dans l'arrière-salle d'un bar downtown, il dégage une énergie incroyable qui lui a permis de remporter tous les suffrages en début d'après-midi sous le Pyramid Marquee. Alabama Shakes a lancé les débats avec Going To The Party. Bien vu. Il en a été question 45 minutes durant…

 

 

 

La setlist

 

  • Going To The Party
  • Hang Loose
  • Hold On
  • I Founf You
  • Rise To The Sun
  • Always Alright
  • Boys  Girls
  • Be Mine
  • I ain't The Same
  • Mama
  • Makin Me Itch
  • On Your Way
  • You Ain't Alone
  • Heavy Chevy

Sur le même sujet
Plus d'actualité