Robert Plant – Lullaby And… The Ceaseless Roar

1361795

L'élégant groupe new-yorkais réapparaît avec un disque de rock ténébreux et ambitieux.

Toujours en noir, Interpol revient à l’emplacement des tours jumelles, là où tout a commencé. En 2002, la formation new-yorkaise signait "Turn on the Bright Lights", peut-être l’un des plus beaux disques de rock enregistrés au XXIe siècle. Rythmique écrasante, voix de baryton en deuil, guitares aiguisées au creux de la nuit et basse ronflante: Interpol laissait courir le fantôme de Ian Curtis (Joy Division) sur les cendres du World Trade Center. Vitrine d’une ville meurtrie, mais refusant obstinément de dormir, la musique du groupe est apparue dans ce contexte douloureux avec ce qu’il faut de romantisme pour flirter avec l’éternité. Douze ans plus tard, Interpol publie son cinquième album. Baptisé "El Pintor", l’objet broie du noir avec élégance et inscrit dix nouveaux morceaux dans le livre d’or de la new wave.

 

Resserré autour de la voix du dandy Paul Banks, du batteur Sam Fogarino et des idées du guitariste Daniel Kessler, Interpol a enregistré "El Pintor" à bord de l’Electric Lady, studio ouvert en d’autres temps par Jimi Hendrix. "On y est resté neuf jours, confirme Kessler. Pour le reste, on a bossé à Brooklyn. On avait une idée précise de ce qu’on voulait." Travail d’orfèvre, "El Pintor" joue sur les contrastes et déplace les attentes. "Pour ça, l’album est un peu à l’image de son titre. C’est l’anagramme d’Interpol. On a juste interverti les lettres. On dirait de l’espagnol. El Pintor renvoie aussi au monde de la peinture, aux couleurs…" Toujours sombres, mais jamais déprimantes, les nouvelles chansons (All The Rage Back Home, Anywhere) affirment le savoir-faire du trio tiré à quatre épingles. "Mais l’idée n’est pas de lier la musique aux vêtements afin de créer une imagerie. Il n’y a aucune réflexion là-derrière. C’est notre personnalité. On ne fait pas de shopping ensemble." Chez Interpol, la classe serait ainsi naturelle. Ce que tend à démontrer le dernier album. Avec un certain raffinement.

Sur le même sujet
Plus d'actualité