Rising Star , bonne ou mauvaise idée?

Le télé-crochet nouvelle génération arrive sur Plug RTL. Adapté avec plus ou moins de succès partout dans le monde, le pari belge semble plus risqué.

1181495

Difficile de venir avec un show français après trois saisons de The Voice Belgique 100 % terroir.

Tout droit venu de la télé israélienne, Rising Star est LE programme qui veut révolutionner le télé-crochet. Déjà parce que tous les pouvoirs vous sont (enfin) donnés, téléspectateurs, grâce à une application qui vous permet de voter en direct, gratuitement. Face à un mur d'écrans, les apprentis chanteurs viennent se battre juste le temps d’une chanson pour vous convaincre. Vous aimez? Vous votez et votre visage apparaît sur le mur. Une fois que 70 % de la surface du mur sont recouverts de visages de votants, le candidat est sélectionné et le rempart-mosaïque devant lui se lève.

Vous n’êtes cependant pas les seuls à donner votre avis. David Hallyday, Cali, Cathy Guetta et Morgan Serrano, les quatre jurés professionnels de la musique, pourront aussi  donner leur voix. Mais le jury ne pèsera au maximum que pour 7 % du mur. Au-delà de cette entrée en matière spectaculaire, la suite de la compétition ressemble à tous les autres concours de chant. Les candidats chantent, vous votez et à la fin il n’en restera plus qu’un. Toute l’originalité mais aussi son plus grand risque est que le show repose quasi entièrement sur l’interactivité avec le public. RTL-TVI joue gros sur un projet dont nous épinglons les éventuels écueils commentés par le directeur des divertissements de la chaîne.

Pas de vote, pas de show?

Puisque tout repose sur votre vote, si vous décidez de bouder le programme, l’émission ne peut exister. Wiet Bruurs, directeur des divertissements de RTL, balaie avec confiance cette éventualité: "Je ne crois pas que nous prenions un risque d'écran noir parce que personne ne voterait. Impossible. Avant, il fallait payer (comme pour The Voice et ses SMS tarifés – NDLR), maintenant le vote est gratuit grâce à notre application. Ce procédé ouvre à plus de gens et donc plus de votes. Et puis les téléspectateurs pourront voir leur photo s’afficher sur le mur. Ça, c’est nouveau et attrayant pour le public." Mais si le vote est gratuit et les coûts de production importants, il faudra quand même rentabiliser… Certes, Plug RTL ne produit pas le programme et ne fait que le racheter à M6. Mais la chaîne française doit débourser entre 600.000 et un million d'euros par émission. Une somme qu'elle va amortir en vendant entre 48.000 et 60.000 euros les trente secondes de publicité pendant son émission. Les réclames restent en effet le seul moyen de gagner de l’argent, mais pour vendre de la pub, il faut de l’audience.

Pas de superstar aux commandes

On aurait alors pu imaginer, téléspectateurs, que pour vous attirer vers son programme phare de la rentrée, M6 miserait sur un présentateur superstar. Mais non. Rising Star ne sera présenté que par un duo à peine connu en France et quasi inconnu en Belgique: Faustine Bollaert et Guillaume Pley. Vous avez pu découvrir la première dans Le meilleur pâtissier sur RTL-TVI, mais son acolyte ne vous dit sûrement rien. Normal, le jeune homme officie en radio sur NRJ France (après être passé par Fun et NRJ Belgique). Pour Wiet Bruurs, cela importe peu: "Faustine a aussi fait ses preuves dans l’émission de télé-réalité Dilemmesur W9. Nous étions très intéressés par Guillaume avant qu’il n’officie en France, c’est un bon animateur, même s’il est jeune. Comme un joueur de foot, il faut qu’on le mette dans l’équipe pour qu’il puisse marquer des buts et devenir connu."

Où sont les Belges?

Au-delà des présentateurs et animateurs qui doivent encore faire leurs preuves, il y a les apprentis chanteurs sélectionnés. L’émission n’ayant pas été produite pour la Belgique, même s’il y aura quelques candidats belges – maximum 8 sur 120 selon Wiet Bruurs –, la majorité des apprentis chanteurs seront Français… Certes, le Belge n’est pas chauvin – on l'a vu à une époque avec Nouvelle Star -, mais à la longue, cela peut compter. D'autant que Rising Star déboule après que le public francophone belge a été bercé pendant trois saisons à succès sur la RTBF par un The Voice Belgique 100 % terroir.

Donc, pourquoi suivre les pérégrinations de candidats qui ne viendront pas chanter chez nous par après? Ce francocentrisme ne semble pas non plus inquiéter: "Ce problème est inhérent quand on rachète un jeu français. A nous, RTL-TVI, d’en faire un événement belge. Nous sommes intégrés dans le projet au même titre que les Français. Certes, ce n’est pas Sandrine Corman qui présente, il n’y a aucun Belge dans le jury… Mais pour être aimé du public belge qui peut vraiment voter, ce n'est pas forcément indispensable."

Un jury diminué

Le vrai ingrédient capable d'attirer le public et rassurer Plug RTL sur son choix serait le jury de l’émission. Du lourd. A commencer par le chanteur Cali, que l’on attendait partout sauf dans un tel concours de chant. David Hallyday aussi qui devrait ramener son quota de (jeunes) téléspectatrices et Cathy Guetta pour la touche féminine. Enfin, le quatrième luron est Morgan Serrano, directeur des programmes de NRJ France mais inconnu pour les Belges. Wiet Bruurs insiste pour qu'on donne sa chance à ce nouveau jury: "Le public est habitué à être gâté avec des Mika et tout ça. Pourtant, il y a dix ans, au lancement de la Nouvelle Star,peu de gens connaissaient André Manoukian, maintenant c’est une véritable personnalité. L'important est que les jurés aient de l’expérience dans le métier. Morgan est moins connu chez nous mais il est le directeur de la plus grande radio de France, il sait de quoi il parle."

OK, un solide et beau jury… Sauf qu’on ne voit pas bien à quoi il sert. Oui, il sélectionne en amont les candidats, mais puisque c’est vous qui votez et qui décidez, à quoi bon payer quatre jurés qui même s’ils votent aussi n’ont au final pas le dernier mot, tout juste un très petit pouvoir d'influence? Autre faiblesse, une fois la machine lancée, le jury n’est pas là non plus pour coacher les chanteurs, il donne seulement son avis juste après la prestation du candidat.

Ailleurs, c’est quitte ou double

Beaucoup de pays ont déjà parié sur le concept de l’émission israélienne, convaincus par le succès rencontré par Rising Star dans son pays d’origine. Avec des fortunes diverses.  Pour certains, tel le Portugal, cela a payé puisque le nouveau concours de chant dépasse régulièrement son principal concurrent, The Voice, en termes d’audience. Pour d’autres, l’expérience 2.0 de Rising Star a fait flop.

Au Brésil d’abord, où l’application a planté pour la première émission. Aux Etats-Unis ensuite, où le soir de son lancement, le show n’a réuni que 5,2 millions de téléspectateurs, alors que sur une télé concurrente, 8 millions de personnes suivaient America's Got Talent. La semaine suivante, la chaine ABC perdait déjà 500.000 téléspectateurs… Même chose en Allemagne, où la première émission a attiré 8,4 % du public avant d’être complètement lâchée dès le deuxième numéro. On attend de voir ce que cela donnera chez nous, d'autant que l'émission est diffusée sur Plug et non sur RTL-TVI. En tout cas, vous êtes déjà plus de 40.000 à avoir téléchargé l’application qui soulève des murs. Un chiffre qui rassure RTL.

RISING STAR

Jeudi 25 septembre

Plug RTL – 20h50

Sur le même sujet
Plus d'actualité