Revolver – Let Go

"Let Go", titre du nouvel album de Revolver en dit long sur la volonté du trio français de sortir du carcan pop de chambre qu’il traîne comme un boulet anachronique depuis la sortie de "Music For A While" en 2009.

327687

"Ce slogan, "let go", exprime notre envie de laisser aller les choses et d’évoluer en douceur", précise Ambroise Willaume, un des deux chanteurs-guitaristes du groupe. Si les harmonies vocales façon premiers communiants restent prépondérantes sur cet enregistrement, on détecte aussi un violoncelle souvent dissonant, ou une intro au synthé sur le planant Let’s Get Together.

"Nous nous sommes assez vite rendu compte qu’il fallait élargir le spectre du trio guitare-violoncelle-voix pour ne pas tomber dans le prévisible."

La solution? Accueillir un nouvel intermittent, en la personne du bassiste Pino Palladino, compagnon de scène d’Eric Clapton, Jill Scott ou Simon & Garfunkel.

"La rencontre avec Pino voici deux ans a fondamentalement modifié notre manière de travailler en studio. Nous ne craignons plus d’accueillir d’autres gens pour enregistrer. Une tournée américaine particulièrement éprouvant a, elle, changé notre façon de concevoir la scène. Nous avons donné 26 concerts en 28 jours dans des endroits parfois pas très accueillants et dénués de tout confort. Pourtant, l’alchimie était excellente et l'état d'esprit était plus rock and roll. Comme si nous avions retrouvé la foi."

"D’ailleurs, enchaîne le violoncelliste Jérémie Arcache, "Let Go" ne marque certainement pas la dernière évolution du style Revolver. D’ici dix ans, on pourrait très bien faire du heavy metal." "Pour nous, le modèle ultime, c'est Queen, note Ambroise. Dans un morceau comme Bohemian Rhapsody, ils arrivaient à mélanger les genres tout en restant crédibles et fascinants."

Le 18/5 aux Nuits Botanique.

 

 

Revolver
Let Go
EMI/Virgin

Sur le même sujet
Plus d'actualité