Rétro 2011: Janvier en vidéo

L'arrivée de Viktor Orban à la tête de l'Union Européenne, les inondations, 35.000 belges dans la rue. Revivez le mois de janvier en vidéo.

147549

1er janvier: Un nationaliste aux commandes

Après six mois d'une présidence belge appréciée, le Conseil de l'Union européenne passe sous contrôle hongrois. C'est-à-dire sous la coupe de Viktor Orban, un conservateur, nationaliste et populiste, prônant le retour aux vraies valeurs d'une Hongrie "des origines". Chez lui, son parti, le Fidesz, détenteur de deux tiers des sièges au Parlement fait ce qu'il veut: limites imposées à la liberté de la presse, restriction de l'indépendance de la Justice, persécution des Roms, … Pas vraiment l'incarnation du rêve démocratique européen.

6 janvier: S.O.S. Météo

C'est un classique hivernal. Au matin du 7 janvier, une partie de la Wallonie se retrouve les pieds dans l'eau suite au dégel, mais surtout aux trombes d'eau tombées dans la nuit. Le bilan est cependant plus lourd qu'à l'accoutumée: trois morts, dont une femme et son enfant de 4 ans. Mais rien de comparable encore avec la situation australienne où durant des semaines l'eau recouvre une surface comparable à la France et l'Allemagne réunie pendant plusieurs semaines, détruisant les récoltes et forçant parfois serpents et crocodiles à trouver refuge dans les habitations.

23 janvier: Sois Belge… Et ne te tais pas.


Près de 230 jours sans gouvernement… jusque-là particulièrement apathiques – un politologue flamand parlera de la crise politique comme d'un "spectacle sans public" – les Belges montrent quelques signes d'exaspération. D'abord sur la Toile et, Belgique oblige, sur le mode surréaliste. Sur Youtube, le journaliste de la VRT Kris Janssens propose de prendre un francophone par la main et d'aller manifester. D'autres demandent le remboursement des contribuables belges et plantent des tentes virtuelles au 16 rue de la Loi. Ou se réjouissent de voir la Belgique approcher du record mondial du nombre de jours sans gouvernement (Irak, 289 jours). Mais le 23 janvier, la protestation prend un tour plus concret. A l'appel d'un collectif d'étudiants, 35.000 personnes manifestent à Bruxelles au cri de Shame! (honte). En même temps, ils étaient 350.000 au salon de l'auto et presque autant à Batibouw, un mois plus tard. C'est que l'économie belge se porte, à ce moment encore, extrêmement bien.

28 janvier: Luttes intestines, parfum d'andouillette

Ca n'aura pas duré. Le Parti populaire de Mischael Modrikamen s'est rapidement consumé dans des luttes internes au parfum de scandale. Le 28 janvier, Laurent Louis, le seul député élus aux législatives de juin 2010 est exclu du parti. En cause, selon le PP, une série de SMS confiant au harcèlement sexuel d'une collaboratrice de Laurent Louis. En cause, selon ce dernier, les positions "racistes et populistes" du PP. Ce qui n'empêchera ce même Laurent Louis, siégeant désormais comme indépendant, de devenir un buzz à lui tout seul sur les réseaux sociaux.

Rétrospective 2011

 

Retrouvez en librairie notre Hors-Série "La rétro 2011". 100 pages, 200 photos pour 5 euros seulement!

Sur le même sujet
Plus d'actualité