Retour gagnant pour Montevideo

Entre un hommage appuyé à la scène mancunienne (Madchester), un parfum exquis du Bowie période berlinoise (Mr. Drake), un beat eurodisco (Horses) et des refrains de pop chatoyante (un peu partout ailleurs), l'auditeur voyagera beaucoup à l'écoute du nouvel album de Montevideo.

510471

Mais il gardera toujours ses repères ainsi que sa ligne d’horizon. Longtemps attendu, "Personal Space" rappelle la démarche singulière d’une formation belge ambitieuse qui a su se montrer patiente et positivement opportuniste pour arriver à un tel résultat. Bénéficiant désormais de la logistique d’une major, Montevideo fait table rase du passé, met en avant une vraie identité et défend un point de vue artistique collant parfaitement à son époque.

"Musicalement, nous aimons dix milliards de trucs différents qui sont sortis ces quarante dernières années. On avait envie de faire partager ces influences mais, d’un autre côté, nous ne voulions pas que ce disque fasse patchwork,expliquent-ils. Le son de l’album, la voix de notre chanteur Jean, la dynamique de groupe et la mélancolie des textes forment le ciment de "Personal Space"."

Dès ses débuts, Montevideo a voulu faire son malin -comme les garçons de Franz Ferdinand, Klaxons ou les poulains du label DFA- en combinant son lexique rock à des sonorités dancefloor. Le quatuor poursuit la même démarche ici, mais il y met plus de persuasion tout en jouant aussi sur les paradoxes.

Ainsi, les textes sont sombres et les rythmes toujours entraînants, à l’instar du catchy Hello. Les chansons sont construites de couches successives (cf. l’excellent Fate & Glory" avec Lara Chedraoui, chanteuse d’Intergalactic Lovers), mais se laissent aussi apprécier d’une oreille distraite.

Enfin, si l’archéologue rock prendra du plaisir à déterrer toutes les références blotties au creux de "Personal Space", il ne pourra en nier la bluffante modernité. Comme le "Cracks" de Roscoe, "Personal Space" n’est pas un bon album d’un bon groupe belge. C’est un très bon album d’un très bon groupe.

 

 

Montevideo
Personal Space
EMI

Sur le même sujet
Plus d'actualité