Rendez-vous avec un ange

Ce film a été accueilli avec un rare déchaînement critique par la presse hexagonale lors de sa sortie en juin dernier.

41152

Avec une telle unanimité que, connaissant la propension parfois dérangeante de certains critiques français à la défense vigoureuse d’authentiques navets franchouillards, cela paraissait suspect. Et de fait, l’histoire de Roland, vendeur de hi-fi qui s’est toujours rêvé critique musical, et de sa femme Judith, une infirmière trop sensible à la souffrance, ne manque pas d’intérêt.

Parce que Sergi Lopez est délicieusement détestable en homme bouffi de frustration. Parce que Isabelle Carré vibre d’un silence intérieur à la fois gracieux et pesant dans le rôle de cette femme asservie à son homme et à la douleur d’autrui. Parce que cette relation de maître à esclave va subtilement changer de bord, quand Roland et Judith vont s’enfoncer dans le mensonge. Alors, oui, le film hésite, adopte trop de points de vue, jusqu’à perdre un peu le fil de son récit, d’autant qu’il jongle avec les genres (policier, romance…). Oui, certaines scènes flirtent avec le ridicule, et le final est véritablement grotesque. Mais le film porte une patte indéniablement originale. Et s’il est un endroit où il n’échoue pas, c’est dans son portrait infiniment délicat d’un couple qui, s’acharnant à brûler d’une passion nouvelle, s’euthanasie à petit feu.

Rendez-vous avec un ange

Réalisé par Yves Thomas et Sophie de Daruvar (2010). Avec Sergi Lopez, Isabelle Carré, Maya Sansa – 97’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité