Renaud – Putain de chanteur

Comme pour Goldman, la nouvelle génération rend hommage au créateur de Ma gonzesse. Comme pour Goldman, on aimerait avoir plus de nouvelles et s'asseoir sur un banc cinq minutes avec lui...

1119218

Agé de soixante-deux ans, Renaud Séchan vit désormais loin du monde du show-business dans sa maison de L'Isle-sur-la-Sorgue dans le Vaucluse où il s'était réfugié après sa séparation avec Romane Serda en 2011. La presse people ajoute même qu'il aurait retrouvé l'amour avec "la jolie Sylvie, ancienne championne du monde du culturisme", qu'il prend soin de ses enfants et petits-enfants et est plutôt d'humeur sereine. Mais une chose est sûre, comme Jean-Jacques Goldman, Renaud manque à son public et… à la chanson française.

Alors que, simple coïncidence ou pas, les hommages se déclinent actuellement en CD, en BD et sur la Toile, le créateur de Mistral Gagnant préfère rester discret. Il reconnaît toutefois être touché par ce regain d'affection et s'est fendu de quelques lignes bien dans son style dans le livret de "La bande à Renaud", disque hommage où un casting impressionnant d'artistes reprend ses classiques (voir notre critique). "Merci beaucoup mes frangins, mes potos, écrit-il. Avec vous, je ne suis plus une bande de jeunes à moi tout seul et vous êtes devenus mes chanteurs et mes chanteuses préférés… juste un tout petit peu après moi. Votre hommage me va droit au cœur et je peux repartir tranquille-peinard à la pêche à la ligne, certain que mes chansons ne marchent plus à l'ombre."

Devenu malgré lui porte-parole de Renaud dont il a épousé la fille aînée Lola, Renan Luce nous en parlait encore avec beaucoup d'humour en avril dernier à l'occasion de la sortie de son album "D'une tonne à un tout petit poids". "Ça ne me dérange pas que vous m'interrogiez sur mon beau-père. Depuis la sortie de mon disque, je n'y échappe pas. Au début, j'étais plutôt embarrassé et j'en ai discuté avec lui. Renaud m'a dit: "Ben, raconte la vérité aux journalistes. Dis-leur que tout va bien, que je suis dans le Sud, que je cultive mon potager, que je ramasse mes truffes"."

Renan Luce fait bien sûr partie de "La bande à Renaud" aux côtés de Nicola Sirkis (Indochine), Cœur de Pirate, Jean-Louis Aubert, Bénabar, Raphael, Carla Bruni ou encore Benjamin Biolay. "Même si je suis son gendre, je ne me sens pas investi d'une mission particulière sur cette compilation, nous expliquait encore Renan Luce. Oui, c'est vrai, je le connais un peu mieux que les autres, mais ça ne me place pas dans une catégorie à part. Nos motivations sont identiques. Ce qui nous a tous poussés à participer à "La bande à Renaud", c'est la passion. De près ou de loin, Renaud nous a marqués. Bien avant de rencontrer sa fille, j'étais admiratif de ses chansons. Quand j'ai débuté dans les bars, il faisait déjà partie de mon répertoire. Pour cet album hommage, je reprends Je suis une bande de jeunes,car le texte met en avant sa tendresse et son ironie."

Poésie et engagement

La tendresse, l'ironie, l'engagement, la mauvaise foi, la poésie de comptoir… Tous ces traits font partie de l'ADN de Renaud. Fils d'un professeur de langues et romancier, Renaud Séchan écrit ses premières chansons sur les barricades de la Sorbonne à l'âge de seize ans. Le ton est alors rebelle. Dans sa discographie, il se fait tour à tour anarchiste, faux loubard, vrai papa poule, fan de Tonton Mitterrand, écologiste, grand frère et altermondialiste. Mais au fond de lui, et malgré des coups de gueule que certains jugeront parfois opportunistes, Renaud possède une qualité devenue de plus en rare. Il a toujours été un électron libre qui a choisi dès le départ de se placer du côté des plus faibles et des opprimés.

Présent dans "La bande à Renaud" avec sa relecture de La chanson de Pierrot, Raphael s'était déjà illustré par un clin d'œil à Renaud en 2010. Sur son album "Pacific 231", il signait Le patriote, chanson clairement inspirée du brûlot Hexagone sur laquelle Renaud secouait le peuple français.  "Le patriote est non seulement un hommage à Renaud, mais c'est aussi une déclaration d'amour à tous ces chanteurs qui ont osé s'attaquer à des valeurs fondamentales en France", nous expliquait alors Raphael. Il manque clairement un nouveau Renaud dans la chanson française d'aujourd'hui qui est devenue beaucoup trop sérieuse. La plupart des artistes ne parlent plus que d'eux-mêmes. C'est d'un chiant… Comme Gainsbourg ou Dutronc, Renaud fait partie de ces chanteurs qui s'arrogeaient le droit de dire des conneries, d'être de mauvaise foi ou de balancer des trucs qui allaient énerver une frange de la population."

Influencé par Hugues Aufray, Bob Dylan, Georges Brassens ou Bruant, Renaud alterne dans son répertoire les chansons comiques, les pamphlets mais aussi les déclarations d'amour à sa gonzesse ou ses mômes. Titi parisien un jour, brocardeur un autre (son faux héros Gérard Lambert pour se moquer de Gérard Lanvin, Miss Maggie, Les bobos où il croque Vincent Delerm), provocateur (son album "Marche à l'ombre" dédié entre autres à l'ennemi public numéro 1 Jacques Mesrine), il a créé un style littéraire qui fait toujours école. En parlant verlan, en usant de calembours ou de name dropping dans ses textes, il se distingue de la concurrence, fédère aussi bien les jeunes des banlieues que la jeunesse bourgeoise et préfigure en quelque sorte la vague hip-hop qui a déferlé sur la France ces vingt dernières années. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si, bien avant "La bande à Renaud", ce sont les rappeurs bleu-blanc-beur qui lui ont rendu hommage au travers de "Hexagone… rien n'a changé", album paru en 2001 sur lequel Oxmo Puccino, Saian Supa Crew ou encore Disiz La Peste se réappropriaient son répertoire.

Mais à l'heure des hommages, il ne faudrait pas oublier que Renaud, comme Indochine pour d'autres raisons, n'a pas souvent bénéficié du soutien de la presse écrite en France. Libération (qui trouvait ses textes sur la banlieue incompatibles avec ses origines bourgeoises), Le Figaro, Télérama ou même Rock & Folk l'ont longtemps éreinté. Il devra attendre 2002 pour faire l'unanimité critique avec "Boucan d'enfer", disque du retour sur lequel le chanteur  "ouvrait son grand cœur de grand con" en évoquant sa rupture sentimentale, sa dépression et son alcoolisme. Il s'agit là du dernier grand album de Renaud qui a replongé dans ses vieux démons par la suite. Tout le monde préfère oublier "Molly Malone", disque pathétique inspiré du folklore irlandais sorti en 2009.

Détruite par la nicotine et l'alcool, la voix de Renaud dérape alors sur les couplets et est incapable de jouer sur les tonalités. Une impression de malaise déjà perceptible lors de ses deux dernières tournées. "Personne ne peut compter sur des fans tels que les miens. Malgré mes problèmes de voix, ils me soutiennent toujours. Le public a été très indulgent avec moi", nous confiait ainsi Renaud dans les loges de Forest National à la sortie d'un concert "difficile" de la tournée "Rouge sang" en 2007. Et on se souvient aussi qu'on avait souffert avec lui lorsqu'il avait massacré Mistral Gagnant lors des Victoires de la musique en 2001 où il avait reçu un trophée pour l'ensemble de son œuvre. Une récompense qu'il considérait d'ailleurs comme un hommage posthume. Oui, c'était il y a déjà treize ans.

Le plein de Renaud

> L'hommage officiel

LA BANDE A RENAUD, Universal

Quinze artistes pour quatorze reprises. Et comment souvent, ça souffle le chaud et le froid en fonction du choix du morceau et de l'affection qu'on porte à l'interprète. Cœur de Pirate est la plus émouvante sur le piano-voix de Mistral Gagnant. Benjamin Biolay (Deuxième génération)et Nicola Sirkis (Hexagone en mode rock) ont le mérite de sortir de leur zone de confort et de se mettre en danger. Bénabar s'en sort aussi très bien sur La pêche à la ligne, de même que le trio Renan Luce/Alexis HK/Benoît Dorémus sur Je suis une bande de jeunes. Enfin, Elodie Frégé est particulièrement juste sur Il pleut. Pour Carla Bruni (C'est quand qu'on va où?), Disiz (Laisse béton) et Grand Corps Malade (La médaille), ça sent le pâté.

> L'hommage alternatif

TATATSSIN, www.tatatssin.com

Parallèlement à l'hommage officiel de "La bande à Renaud", un autre tribute plus alternatif est disponible sur la Toile et c'est entièrement gratuit. Sur le site www.tatatssin.com, une vingtaine de chanteurs reprennent, façon home studio, une chanson de la chetron sauvage. En un clic, il est possible d'écouter en streaming La Grande Sophie (It Is Not Because You Are), mais aussi Fred Métayer (Hexagone), Peter Kröner (En cloque) ou encore Bertrand Louis (Où c'est que j'ai mis mon flingue?). Cool.

Sur le même sujet
Plus d'actualité