Raphael: « Oui, ça m’arrive de dormir avec ma guitare »

Disciple de Bashung et de Christophe, il poursuit son équipée sauvage entre rock crépusculaire et chanson romantique. 

643944

[…]

Super-Welter, c'est votre catégorie en boxe?
Raphael – Oui, je pèse soixante-neuf kilos. J'avais tâté différents sports de combat dans le passé mais c'était trop chiant: la théorie, l'histoire des arts martiaux, les codes, tout ça… Il y a une dizaine de mois, à la fin de ma dernière tournée, j'ai été dans une salle d'entraînement de boxe anglaise et j'ai trouvé ça génial. Il faut éviter les coups, en donner, esquiver, bouger, avancer, frapper… Une métaphore de la vie en quelque sorte. C'est très gracieux comme sport, c'est presque de la danse. C'est beau à voir.

 

La boxe est un art noble. Comme la chanson?
Raphael – Oui. Pour moi, la chanson est un art noble. J'ai beaucoup de respect pour ça. Comme Bashung, Camille, Christophe, Manset ou encore Murat mettent de la poésie, de la grâce et de l'intelligence dans leurs chansons. J'essaie aussi. Hélas, il y a aussi beaucoup d'imposteurs qui font ça avec vulgarité et discréditent la chanson française.

 

Dans la chanson Asphalte,vous dites: "Je cherche ma place dans tout ça". Vous l'avez trouvée?
Raphael – Je ne cherche pas ma place dans la chanson française. Je suis très bien dans la case où on m'a rangé. Avec le succès de "Caravane" (son deuxième album sorti en 2005, écoulé à 1,8 million d'exemplaires – NDLR), j'ai été catalogué "chanteur de variété" et ça me convient parfaitement. Mais ce n'est pas une raison pour ne faire que des disques qui ressemblent à "Caravane". Je suis parfaitement heureux car je suis dans une position très confortable. Ma firme de disques me fait confiance, j'enregistre mes albums comme je veux quand je veux et avec qui je veux. Je peux être plus radical dans mon approche comme sur "Pacific 231" ou plus novateur comme sur ce nouvel album, mais ça reste de la chanson française avec des mélodies.

 

Comment les responsables de votre firme de disques ont réagi quand vous leur avez fait écouter "Super-Welter"?
Raphael – Ils sont venus en studio et sont tombés sur le cul. Ce n'est pas un disque commercial mais ce n'est pas du suicide non plus. Ils m'ont dit que Manager était un très bon singleet Déjà vu l'une des meilleures chansons que j'avais écrites. J'adore ce disque, j'accorderai toutes les interviews nécessaires pour le défendre et j'espère qu'il aura une belle vie. Mais, par contre, je ne partirai pas en tournée. Ça fait dix ans que j'enchaîne albums et concerts. Chaque année, je viens jouer en Belgique. Là, j'ai envie de lever le pied. Je veux passer plus de temps avec mon fils, bosser en studio, faire d'autres disques. Je travaille déjà sur un soundtrack.

 

Quelle est la chanson à écouter en priorité sur ce disque?
Raphael – Je dirais Mariachi Blues. C'est la première chanson qui a été écrite pour "Super-Welter". Le son est tortueux et le thème me fascine. J'y évoque les pionniers du rock et les sacrifices qu'ils ont consentis pour faire avancer les choses. Je suis passionné par l'aviation et pour moi, les Elvis Presley et autres Gene Vincent sont des vrais casse-cou, des chevaliers du ciel qui se sont brûlé les ailes avec violence pour imposer le rock and roll.

 

[…]

 

Samedi 20 juillet, scène Proximus

Sur le même sujet
Plus d'actualité