Radio: Le fou Duroy

Humour potache, tubes à gogo... Sur NRJ, Le réveil Duroy tire nos ados hors du lit. Et sans grogner!

815319

"Youuuppiiii de la mort qui tue!" Vous avez sans doute déjà entendu vos enfants crier cette phrase le matin, sans jamais trop comprendre s’ils venaient d’apprendre qu’ils n’auraient plus de contrôles durant le trimestre ou s’ils se réjouissaient simplement de se réveiller, malgré la grisaille, le blizzard et les dix centimètres de neige extérieurs. La réponse se trouve ailleurs.

Ce youpi tonitruant, c’est Olivier Duroy qui l’a instauré dans sa matinale sur NRJ. La pratique, qui consiste à hurler son bonheur à tous les auditeurs à travers le combiné pour bien commencer la journée, est devenue rituelle. A tel point qu’aux alentours de huit heures, tous les matins, le standard de la radio jeune est saturé d’appels.

Des rendez-vous sourire comme celui-ci, Le réveil Duroy en est truffé. Et ça cartonne! Depuis sa création le 22 août 2011, l’émission animée par Isa Verjans, Olivier Duroy et le Commandant n’en finit plus de rameuter des auditeurs. Les derniers chiffres du CIM (Centre d’information sur les médias) sont formels: en à peine un an, le programme est passé de 153.000 fidèles à une moyenne de 242.000! Score qui installe l’émission dans le fauteuil royal de la matinale leader sur les 12-34 ans. Un bond impressionnant dans le petit monde belge de la radio.

L’effet Duroy

NRJ a eu le nez fin en engageant Olivier Duroy pour animer sa tranche 6/9 h. Sous ses faux airs de Cauet, cet athlète des petites heures maîtrise l’humour potache comme personne et l’a prouvé à maintes reprises. Propulsé sur le devant des ondes hertziennes en 2004 sur Radio Contact pour assurer le fun du week-end, ce pro du micro rejoint très vite le Good Morning aux côtés de l’humoriste Mike, puis de Julie Taton. La recette est optimale, les audiences explosent. En 2008, l’homme change de tranche horaire et anime le 16-20 h. "Mais je préférais de loin le matin" se souvient-il, assis dans son trône à NRJ, à l’aube. Il finit par prendre une année sabbatique pour s’occuper de son agence de communication et de sa famille.

Et mieux revenir un an plus tard! Mais en choisissant la panthère au détriment du dauphin bleu. "La relation avec les auditeurs m’avait vraiment manqué et le morning de Contact était déjà occupé, donc j’ai accepté avec plaisir la proposition de NRJ."

Rejoignant du même coup Isa, qui officiait déjà dans le 6/9. Le feeling entre ces deux déjantés passe tout de suite. "C’est devenu l’une de mes meilleures amies" et ça se sent à l’antenne.

Même à 5h45, à l’heure où les plus courageux d’entre nous émergent à peine, ces deux-là sont tout sourire, discutent du plat trop épicé qu’a mangé le présentateur la veille tout en relisant la conduite de l’émission du jour et en buvant du mauvais café. "On adore l’humour pipi-caca et les jeux de mots foireux. Nous n’avons pas de tabous, tout ce qui se dit hors antenne se retrouve sur les ondes."

La preuve avec le très joli "Il n’est pas dispo, comme Obispo" que lâche le Commandant en s’esclaffant. Mieux, quand Olivier Duroy est obligé de quitter son siège pour filer au petit coin, Isa s’empresse de l’annoncer aux auditeurs. Taquins comme des ados, jamais effrayés par une blague au ras de la ceinture.

Mais il faut savoir faire le con intelligemment. Loin de la prise de tête des animateurs stars de certaines autres stations, ceux-là ne se prennent pas au sérieux – "J’adore le tuning" s’amuse Olivier Duroy – et cultivent la proximité avec leur public, qui le leur rend bien.

Coucou, c’est nous

A tel point qu’en plus du rendez-vous matinal quotidien sur les ondes, notre joyeuse bande a instauré la rencontre du jeudi. En bref, chaque semaine, les bâtiments de NRJ se transforment en moulin. Les fans de l’émission ont carte blanche (après inscription, tout de même) pour venir saluer leurs héros matinaux en chair et en os, passer du même coup un bonjour au micro et apporter quelques cadeaux.

"C’est ce que j’adore avec Le réveil Duroy, explique Louis, 18 ans. Quand j’écoute l’émission, j’ai l’impression d’entendre mes potes qui font les cons." Et même si ses animateurs ont la trentaine passée, ils gardent leur âme d’enfant. "Si t’es déconneur à 20 ans, tu le seras toujours à 40."

L’explication sans doute de leur amour pour les déguisements et les parodies. Qu’Isa enfile un costume de lapin ou que le Commandant se pare de son uniforme pour mieux entrer dans son rôle, cette joyeuse équipe n’épargne pas ses efforts pour la déconne et n’hésite pas à le montrer aux webcams. Comme des grands enfants.

Excentricité qui se retrouve encore dans le clip de leur tube au troisième degré In The Air visionné 35.000 fois sur YouTube.

Et si ceux-ci ne sont plus visibles en simultané sur AB3 depuis peu, pas d’inquiétude à avoir, ils reviendront bientôt à l’écran pour nous faire marrer en toute transparence. Une simplicité au cœur de l’ADN de l’émission. La preuve avec leurs stagiaires. Si souvent préposés aux cafés et aux photocopies dans la plupart des entreprises, ils sont directement intégrés aux micros du Réveil Duroy, libres de lâcher des vannes mais surtout de gérer les appels téléphoniques des auditeurs impatients de rire à l’antenne.

Dans ces conditions, la panne de réveil se raréfie de jour en jour. Même si c’est déjà arrivé à Olivier Duroy. "J’avoue, ça m’est déjà arrivé. Nous sommes humains. Un jour je me suis réveillé à l’heure habituelle… Sauf que j’étais à 250 kilomètres du studio. Isa a dû faire sans moi, heureusement qu’elle assure." Qu’il soit 6 heures du matin ou 8h30, le Facebook du Réveil Duroy – qui compte 65.000 fans – est pris d’assaut en permanence. Les messages pleuvent à chaque vanne.

Pareil du côté du téléphone. Car c’est là l’exploit de cette émission: tirer nos ados hors du lit, en évitant tout grognement. En plus de diffuser la musique qu’ils aiment, soit un mix de r&b, d’électro et de pop avec Justin Timberlake, Avicii ou Rihanna, et de recevoir les artistes du moment, Olivier Duroy, Isa et le Commandant ont réussi le tour de force de les réveiller avec entrain.

Et même si toutes ces blagues graveleuses et ces tubes redondants nous tapent parfois sur le système, il faut l’avouer, le bras de fer du choix du poste de radio dans la voiture, c’est vos enfants qui l’ont gagné.

Le réveil Duroy
Du lundi au vendredi sur NRJ DE 6 A 9 H

Sur le même sujet
Plus d'actualité