Purple Haze – Jimi Hendrix ( 1967)

Chaque semaine, la petite histoire d'un grand classique du rock. Cette semaine: Jimi Hendrix, Purple Haze.

431287

Intro historique, guitare virtuose mais pas trop, paroles incisives et conclusion géniale pour une chanson mythique.

Demandez à quelqu’un qui connaît un tout petit peu le rock de citer cinq chansons qui parlent de drogue et Purple Haze finira toujours dans le peloton de tête. Excepté que euh… Comment vous dire? Cette chanson ne parle pas de drogue. La "Brume Pourpre" est bien une variété d’acide, puis d’herbe qui rend nigaud, mais ce nom leur a été donné en hommage à la chanson de Hendrix! La drogue est donc venue après la chanson, un peu comme dans la vie de Hendrix qui, à cette époque en 1967, n’avait pas encore touché au LSD. Je vous sens déçus… D’autant plus que les sensations évoquées dans la chanson semblent décrire les effets de la came.

"Une brume pourpre m’envahit le cerveau", "je fais le couillon sans savoir pourquoi", "je ne sais pas si je monte ou si je descends, je ne sais pas si c’est le jour ou la nuit" et la fin dont je vous ai parlé: "est-ce demain ou la fin des temps?"… Sûr qu’avec de telles phrases, certaines réputations ont la vie dure.

C’est vrai donc que l’on n’est pas loin du kit complet du petit camé: confusion, désorientation, perte de contrôle. Mais bon, rien à faire, certains ne changeront jamais d’avis, sauf vous, lecteurs chéris.

Mais alors, de quoi peut bien parler cette chanson? C’est Hendrix lui-même qui le raconte dans une interview en 69. "Je rêve énormément. Et je mets beaucoup de mes rêves dans mes chansons. Purple Haze, c’est un rêve où je marchais sous l’eau."

Une image mentionnée dans un livre de science-fiction qu’il venait de lire, Night Of Light de Philip J. Farmer. La "Brume Pourpre" désignait l’effet de désorientation de l’activité solaire sur les habitants d’une planète appelée la Joie de Dante. Rien de moins. Hendrix a toujours soutenu que la ligne-clé de la chanson est "Quoi que ce soit, cette fille m’a jeté un sort". Oui, Purple Haze, la mythique, est une banale histoire d’amour. Une fille qui fait tourner la tête à un gars. Rhoooooo comme c’est décevant…

N’oublions pas en chemin le fameux "scuse me while I kiss the sky" ("excusez-moi pendant que j’embrasse le ciel"), où la notion d’espace est totalement confuse, une phrase qui constitue l’exemple parfait de ce que le bon petit linguiste appelle une attraction paronymique. Je traduis: une phrase qui est le résultat d’une mauvaise compréhension auditive.

Certains en effet ont entendu "Scuse me while I kiss this guy" ("… ce mec"). Ceci a beaucoup fait rire Hendrix, qui ne s’est pas privé d’en rajouter quelques couches plus tard en concert en faisant mine d’embrasser ses musiciens au moment d’attaquer ce passage.

Retrouvez la séquence Your Song du lundi au vendredi à 13h00 sur Classic 21.
 

Traduction

La brume violette encahissait mon cerveau

Récemment les choses semblent ne plus être les mêmes

J’agis bizarrement mais je ne sais pas pourquoi

Excusez-moi pendant que j’embrasse le ciel

La brume est viollette tout autour

Je ne sais pas si je monte ou si je descend,

Suis-je heureux ou triste

Quoi que ce soit, cette fille m’a jeté un sort

Aide-moi, aide-moi,

Non, non ! Ouais !

La brume violette m’aveuglait

Je ne sais pas si c’est le jour ou la nuit

Tu as fumé, fumé mon esprit

Est-ce demain ou juste la fin des temps

Sur le même sujet
Plus d'actualité