Pukkelpop 2012

Un an après la tempête de funeste mémoire, le festival va tenter de tourner la page sans pour autant oublier les victimes.

478478

 

Et quel meilleur remède que la musique pour panser les plaies de l'édition 2011? Toutes les musiques. Sur la plaine de Kiewit, on s'est habitué au joyeux melting-pot et à courir d'une scène à l'autre tant la programmation est riche. Entre poids lourds, ex-groupes cultes reformés, révélations, promesses et découvertes, le programme est dense. Tant mieux: c'est le dernier gros festival de l'été et on compte bien tout donner. Heureusement, le "Pukkel" a gardé la bonne habitude de laisser le dimanche aux festivaliers pour se reposer.

 

LIANNE LA HAVAS

Jeudi 16/8, Club – 20h20

Pour paraphraser une pub bien connue, nous dirons que Lianne "a tout d'une grande". Son premier album Is Your Love Big Enough? était fort attendu et il ne nous a pas déçu: parfumées de néo-soul, de jazz et de folk, la plupart des compositions évoquent des relations amoureuses qui ont tourné au vinaigre. Et la métisse, de père grec et de mère jamaïquaine, n'oublie pas d'explorer les facettes les moins lisses de sa personnalité.

 

MARK LANEGAN BAND

Jeudi 16/8, Marquee – 01h00

Ce n'est pas un rigolo, l'ex-Screaming Trees. Mais on n'est pas là pour se taper sur les cuisses. Après ses collaborations avec Queens Of The Stone Age et Isobel Campbell, il nous a envoûté avec Blues Funeral, premier disque sous son nom depuis Bubblegum(2004). De sa voix sombre et magnétique, il nous plonge sans compromis entre blues moderne et rock industriel. Le black est toujours sa couleur préférée, mais n'évite plus les compositions plus lumineuses.

 

THE STONE ROSES

Vendredi 17/8, Main Stage – 22h35

Auteur de deux albums dont l'un, The Stone Roses (1989), entré immédiatement au panthéon du rock british, le retour de Ian Brown et ses acolytes, après plus de quinze ans de séparation, est l'un des événements majeurs de cette édition 2012. Et si ces reformations font toujours un peu peur, les critiques des concerts donnés depuis le début de cet été sont presque toutes dithyrambiques. Les rater serait impardonnable.

 

CHARLES BRADLEY & his EXTRAORDINAIRES

Vendredi 17/8, Club – 23h35

L'Américain s'était résigné à n'être qu'un chanteur amateur parmi d'autres et sillonnait les petits clubs pour chanter ses reprises de James Brown. Puis le label Daptone Records est passé par là et le voilà en train de défendre son premier album, No Time For Dreamin', à 64 ans passés. Sur scène, Charles exulte, pleure, souffre sur fond de soul/funk millésimé. Pour en profiter, enlevez votre carapace et laissez libre cours à vos émotions.

 

C2C

Samedi 18/8, Castello – 21h30

Les Français mettent le feu partout où ils passent. Quadruples champions du monde par équipe du DMC, le "mondial" des DJ’s, ils scratchent, mixent et triturent à tout va des rythmes électro, du hip-hop, de la soul/funk, de la pop, du rock, des big bands jazz et même de l’harmonica. Tout cela passe à la moulinette de leurs huit mains et, miracle, en ressort tout pimpant. Impossible de rester impassible, c’est la fiesta.

 

AU PUKKELPOP…

Le site est toujours impeccable et, malgré la taille du festival, tout est fait pour assurer un confort minimal au festivalier.

On achète un bracelet à 2,99 € au bénéfice du "Fonds de soutien pour les victimes de la tempête à Pukkelpop".

On tente de lier amitié en flamand, ils répondent en français. Ils essaient de nous parler en français, on leur répond en flamand. Pas de problème.

On se fait maquiller au Salon Glamour, coiffer au salon FrouFrou, tatouer au Salon Tattoo et rhabiller au Salon Cotton. Puis on se fait tirer le portrait au Salon Coucou.

Sur le même sujet
Plus d'actualité