PUKKELPOP 2011 Edward Sharpe & The Magnetics Zeros


Visage aussi pâle que de la crême Nivea, barbe de six mois, toge blanche et démarche hésitante...

58195

Edward Sharpe en tient une bonne ce jeudi après-midi lorsqu'il est monte sur scène avec sa troupe (sa secte?) de neuf musiciens. Tel un Jésus hippie, il essaye de marcher debout sur les bras tendus de ses disciples serrés aux premiers rangs. Il lance une chanson qui raconte que sa mère lui a parlé de la mort dès l'âge de 5 ans et a l'air toujours très troublé par cette révélation. Il joue d'un tambourin en regardant au plafond et tient des propos incohérents entre les morceaux. Encore un peu, il allait transformer notre bouteille de Chaudfontaine en vin. Musicalement, la folk hallucinée de cette drôle de secte californienne nous laisse un peu sur notre faim. Malgré quelques beaux passages instrumentaux, on se lasse vite de cette prestation brouillonne. – L.L.

Sur le même sujet
Plus d'actualité