Prise directe s’invite aux mariages princiers

Deux mille onze, "année d'la gonze" pourraient se dire les princes William et Albert de Monaco. Tous deux vont se marier avec des roturières cette année.

1475

Deux mille onze, « année d’la gonze » pourraient se dire les princes William et Albert de Monaco. Tous deux vont se marier avec des roturières cette année.

L’occasion pour le magazine Prise directe de faire un tour d’horizon sur la monarchie nouvelle génération. Le magazine présenté par Béatrice Schönberg va par exemple tenter d’expliquer comment Charlene Wittstock et Kate Middleton ont réussi à mettre le grappin sur de si beaux partis. Et surtout montrer comment ces mariages « conte de fées » vont être mis en scène médiatiquement pour redorer le blason de familles à têtes couronnées dans la tourmente.

Mais il n’y a pas qu’à Buckingham ou sur le rocher que les familles régnantes cassent les codes. L’émission de France 2 a pu s’introduire dans les cercles très fermés d’aristocrates qui font table rase du passé. Moins discrètes que leurs aïeux, ces nouvelles générations bling-bling ne se soucient guère de l’héritage familial. Arthur, 28 ans, est vicomte et s’affranchit totalement des traditions en vendant des cravates sous la marque « vicomte A ». Quant au comte Louis de Cosans, il n’hésite pas à vendre son carnet d’adresses pour des organisateurs de soirées parisiennes. Ces nobles n’ont plus honte de valoriser leur titre et d’afficher leur richesse sans complexe… tandis que d’autres sont obligés de revendre leur particule. En interrogeant des aristos anonymes et des têtes couronnées à la une des tabloïds, Prise directe aborde sous un angle inattendu la noblesse décomplexée. – L.V.R.

25 janvier: 20h35 FRANCE 2 Prise directe: Mariages princiers: quand la monarchie casse les codes

Sur le même sujet
Plus d'actualité