Pretty Emilie!

Clément, jeune professeur de philosophie parisien, est affecté à Arras pour un an. Loin de Paris et ses lumières, il ne sait pas à quoi occuper son temps libre.

1096928

C'est alors qu'il rencontre Jennifer, jolie coiffeuse, qui devient sa maîtresse. Si la vie de Clément est régie par Kant ou Proust, celle de Jennifer est rythmée par la lecture de romans populaires, de magazines people et par des soirées karaoké débridées avec ses copines. Cœurs et corps sont libres pour vivre le plus beau des amours, mais cela suffira-t-il à renverser les barrières culturelles et sociales? Bref, après avoir filmé les fractures sociales (Rapt, 38 témoins…), Lucas Belvaux passe cette fois aux fossés culturels! Non sans quelques caricatures un peu légères (les coiffeuses seraient donc légères, et les érudits beaux gosses), ni sans se faire quelques ennemis au passage (dont les habitants de la ville d’Arras, dépeinte comme une bourgade à l’intellect frôlant le niveau de la mer), le cinéaste arrive cependant à émouvoir et faire rire. Grâce à des alternances finement huilées entre moments drôles et séquences très tendres. Et en utilisant parfaitement un duo d’acteurs touchant et explosif entre une Emilie Dequenne pétillante et un Loïc Corbery, débutant au cinéma, mais excellent comédien de théâtre. Tout ça au service d’une comédie romantique (ou devrait-on dire film d'amour?) qui n’a pas à rougir face aux ténors du genre Nuits blanches à Seattle ou Pretty Woman.

Réalisé par Lucas Belvaux. Avec Emilie Dequenne, Loïc Corbery, Sandra Nkake – 111’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité