Pourquoi les élections de 2014 ont foiré

Privatisation hasardeuse, sécurité archaïque, audit foireux. Ce qu’on apprend enfin sur le plantage informatique du dernier vote électronique.

1360249

Et un premier aboiement pour Médor (www.medor.coop/fr).  Avant de lâcher son numéro un, attendu pour l’automne prochain, le nouveau trimestriel belge avait promis à ses contributeurs de livrer une première enquête. Promesse tenue avec ce sujet mordant sur le bug informatique qui avait retardé les résultats wallons et bruxellois aux dernières élections fédérales, le 25 mais 2014. Une enquête qui révèle comment l'État belge a privatisé et sous-traité le vote automatisé jusqu'à ne plus pouvoir le maîtriser.

Premier bug? Avoir confié le système informatique à la société Stésud (propriété du méga groupe IT NRB). Véritable passoire, ce système a notamment laissé traîner des identifiants, clés privées et mots de passe de niveau administrateur jusque sur le site du SPF Intérieur… En charge de l’audit, le bureau PricewaterhouseCoopers (PwC) avait pourtant validé ce logiciel. «Parce qu’ils ont relu le code de manière superficielle, affirme une source proche du dossier. Un peu comme si vous lisez les dix premières et les dix dernières pages d'un livre.». Peut-être aussi parce que l’audit de PwC était payé… par Stésud? Quant au Collège d’experts mandaté par le ministère de l’Intérieur, il a cruellement manqué de temps et d’informaticiens pour mener à bien ses contrôles.   

L’avenir ne serait pas placé sous de meilleurs auspices. Surtout que la société qui a remporté le nouveau marché en 2008 n’est autre que Smartmatic, une firme latino-américaine très controversée, présente dans plusieurs paradis fiscaux, et visiblement pas si high-tech… Selon un professeur de cryptographie de l’UCL, leur système serait même carrément obsolète. Rappelons alors les propos de Jacqueline Galant qui affirmait qu’on avait fait le choix de la transparence avec Smartmatic… Un nouvel éclairage qui montre à quel point l’Etat belge n’a peu ou plus aucun contrôle sur le premier processus démocratique qu’est le suffrage universel.  

Sur le même sujet
Plus d'actualité