Pourquoi interdire Dieudonné peut être dangereux

En France, on débat actuellement du sort de la quenelle. Faut-il légiférer? Interdire les spectacles de Dieudonné? En Belgique, où il préparerait selon son avocat "un événement-surprise", l'éventualité sera certainement soulevée. Ce qui pourrait malheureusement se révéler catastrophique. Pour au moins deux raisons.

15527

Le premier problème avec Dieudonné, c'est qu'il est drôle. Sérieusement. Comme le soulignait récemment François Pirette, tout en précisant qu'il n'adhérait en rien à ses propos, "au risque d'en choquer certains, c'est sans doute un des humoristes les plus doués de notre génération. Il est d'une intelligence et d'une force humoristique rares". Le second est étroitement lié au premier. Dieudonné rassemble, bien au-delà des clivages. A la façon des Indignés récemment ou des altermondialistes avant eux, les spectacles où il pourfend le "système" et égrène ses thèses conspirationnistes rassemblent un public des plus hétéroclite. Aux amalgames du comique répond l'amalgame des publics. Des gamins des banlieues aux skinheads bardés d'insignes SS en passant par quelques couples bobos, ce curieux aréopage entonne chez lui sur l'air de Cho Ka Ka O d'Annie Cordy le (you)tubesque Shoah nanas ("Si tu me prends par la Shoah / Moi je te prends par l'ananas").

Comme l'analysait récemment Le Monde, toute forme de censure à son encontre vaut à Dieudonné une formidable promotion, et "un casse-tête pour les associations antiracistes" . Bien trop malin pour poser en martyr à titre personnel, le comique adopte la posture du prophète assassiné, de la voix populaire que les puissants font taire. Avec cet avantage supplémentaire que, grâce à son talent, il profite d'une symbiose rarement observée entre un artiste et son public. Quant à la quenelle elle-même, la moindre menace d'interdiction lui ferait gagner définitivement ses derniers galons d'emblème du cool. Dieudonné a beau avoir breveté le salut nazi du pauvre, on n'en viendra pas à bout en la jouant petit bras.

Sur le même sujet
Plus d'actualité