Portrait d’Eddy Mitchell ce soir sur La Une

Nashville ou Belleville, où sont mes racines? A 69 ans, Eddy Mitchell se pose encore la question. Plutôt discret, sur sa vie privée, le chanteur a accepté de se confier au documentariste Didier Varrod.

1593

Nashville ou Belleville, où sont mes racines? A 69 ans, Eddy Mitchell se pose encore la question. Plutôt discret, sur sa vie privée, le chanteur a accepté de se confier au documentariste Didier Varrod.

Schmoll revient sur les grands moments de sa carrière. Des débuts yéyé avec les Chaussettes noires à son dernier album Come Back. L’interview centrale se déroule dans une salle de ciné. Logique car gamin, Claude Moine (son vrai nom) dévorait deux films par jour. « C’était le rêve. Tout le monde était beau. Moi, je ne me suis jamais trouvé top, alors je suis devenu chanteur. »

Cette passion du cinéma transparaît dans la plupart de ses chansons. « Il ne rentre pas ce soir, c’est un mini-scénario », explique-t-il. Couleur menthe à l’eau, Rio Grande ou La fille du motel sont d’autres tubes cinématographiques qui nous propulsent dans un univers de western ou de road-movie. Les routes, Eddy les arpente en ce moment pour sa toute dernière tournée qu’il achèvera en septembre 2011. L’occasion pour le chanteur d’évoquer sa longue amitié avec Johnny Hallyday.

Le document a ceci d’exceptionnel que, pour la première fois, Monsieur Eddy a ouvert les portes de sa propriété tropézienne. L’occasion de découvrir sa femme, ses filles et ses collaborateurs. Tous évoquent la pudeur du vieil ours. Son producteur se plaint d’ailleurs de n’avoir jamais eu un compliment en 25 ans. « Quand je dis rien, c’est que je suis content. » C’est tout Schmoll. – L.V.R.

15 janvier: 23h00 LA UNE Eddy Mitchell

Sur le même sujet
Plus d'actualité