The Place Beyond The Pines

Ryan Gosling traîne sa belle gueule dans un faux polar noir filmé au cordeau. A voir de toute urgence!

824063

Bad boy aussi tatoué que taiseux, Luke (Ryan Gosling) se déplace de ville en ville. Roi de la moto, il est admiré des foules pour son numéro de cirque dans le "globe de la mort".

Après le show, c’est une habitude, il drague les filles, puis disparaît, comme ça, sur son bolide dans l’horizon…

Jusqu’au jour où Ramona lui apprend qu’elle a eu un fils de lui. Tempête sous son crâne, il décide bille en tête d’arrêter sa vie d’errance, il a enfin quelque chose à quoi se raccrocher. Seulement dans la vie, il ne connaît que le métier de voyou, et pour subvenir aux besoins de sa nouvelle famille, il se lance dans des braquages de banques. A moto, évidemment. Et à fond les manettes…

Alors que l’on assiste à ce qu’on croit être un très bon polar vintage un brin poseur comme Drive auquel les vingt premières minutes font inévitablement penser, le film prend soudain un virage à 180° pour s’intéresser à un autre personnage, Avery (Bradley Cooper), flic intègre et ambitieux.

Et père confronté à des choix, tout comme Luke, ce qui l’enchaînera au destin de ce dernier. Etrange et envoûtante mise en scène qui nous entraîne avec elle en apnée, sans que jamais un instant la tension ne faiblisse en 2 heures 20 de film!

Car le voilà qui affiche sa vraie ambition désormais: le polar laisse la place à une grande tragédie familiale, fonçant tranquillement dans le mur sur une période de 15 ans.

En effet, le dernier tableau de ce triptyque génial mettra en scène les rejetons de Luke et Avery, unis eux aussi dans une relation ambiguë par le jeu pervers et ricanant d’un destin qui les dépasse.

Après avoir joliment mis le couple en scène dans Blue Valentine (déjà avec Gosling), Derek Cianfrance analyse avec méticulosité et une formidable humanité le duo "père manquant/fils manqué", sous la forme d’un film choral noir ultra-maîtrisé et joué avec une vérité sidérante. Une grande désespérance innerve le film.

C’est parfois difficile à supporter, tant tout semble joué d’avance. Mais après avoir retenu notre souffle et vibré douloureusement pour ces personnages cabossés et magnifiques, on comprend cinq sur cinq le message d’espoir, dissimulé sous ce très apparent déterminisme social sublimement mis en scène: "Vous voulez le bonheur de vos enfants? Alors occupez-vous-en!"

The Place Beyond The Pines
Réalisé par Derek Cianfrance. Avec Ryan Gosling, Bradley Cooper, Eva Mendes – 140′.

Sur le même sujet
Plus d'actualité