Piano Club – Colore

Quand Anthony Sinatra commence à travailler sur des nouvelles chansons de Piano Club, il a toujours à côté de lui une "housse" de travail contenant quelques disques de référence.

823127

"Un album de Bowie, un autre des Beatles, une compilation de Lucio Battisti, du Electric Light Orchestra et, pourquoi pas?, les Cardigans."

Il y a un peu de tout ça sur le bien nommé "Colore", deuxième format long de Piano Club qui s'avère irrésistible dès la première écoute.

Trois ans après "Andromedia", Piano Club rappelle qu'un groupe peut encore s'exprimer en toute liberté en 2013 et casser les codes.

Les quatre garçons dans le vent (Antony, Salvio, Julien et Gaëtan) plongent dans la discothèque parentale, remettent au goût du jour des synthés première génération, malaxent des guitares scintillantes et réinventent un monde en trois couleurs où il est souvent question du retour à l'enfance et de "l'émoi de la première fois". "Andromedia était déjà très pop à la base, mais nous avions peut-être surchargé le propos en mettant plein d'idées dans chaque chanson. Ici, le souhait était de faire un disque direct, épuré, court dans son format et positif. On ne vit pas dans une époque très gaie et nous voulions prendre le contrepied de la morosité ambiante avec des chansons résolument optimistes."

Pour toutes ces raisons, "Colore" tombe à pic. Mais c'est surtout un disque qui fait du bien grâce à la bonne humeur que suscitent ses chansons.

On pense à la symphonie rétro-futuriste Aint' No Mountain High,au survitaminé Me And MyselfOlivia – hommage fantasmé à Olivia Newton John période Xanadu – ou encore à l'électro-pop A Long Time Ago.

Conçu avec une passion artisanale, "Colore" confirme aussi le soin apporté par ses auteurs tant à l'image (cf. le clip aquatique de Aint' No Mountain High) qu'à l'objet. "En 2007, nous avions publié nos premières chansons sur une cassette. Cette fois, en prélude à l'album, nous avons édité un picture disc à tirage limité. On sait qu'on s'adresse à une nouvelle génération qui n'a connu que la musique dématérialisée, mais nous voulons perpétuer cette affection pour l'objet."

Le 20/4 au Belzik Festival, Herve.
Le 3/5 aux Aralunaires, Arlon.

 

 

Piano Club
Colore
Rough Trade

Sur le même sujet
Plus d'actualité