Pauwels s’explique à Moustique

Thomas Van Hamme a signé son transfert vers RTL-TVI il y a deux mois. Stéphane Pauwels, mercredi dernier. Du jamais-vu! À chaque coup, la RTBF est montée dans les tours pour pointer la "déloyauté" des transfuges autant que de la chaîne concurrente.

38995

La semaine passée, la chaîne publique lâchait même: "RTL-TVI affiche ses ambitions à travers un marketing simple: M6 pour ses programmes, la RTBF pour ses talents." Pourtant, la double défection devrait aussi inciter la RTBF à se remettre en question. Pauwels nous explique quelques coulisses de son passage à RTL-TVI (déjà présagé par l'interview accordée à Moustique en avril).

Tempête

Je comprends la déception de la RTBF, mais pas le déchaînement de commentaires parlant de "mépris profond" ou de "manque de loyauté" de ma part envers les gens et la chaîne.

Négos

Cela fait un an que je courais derrière la direction de la RTBF avec le souhait d'arrêter Studio 1, de faire du commentaire de matches et de développer d'autres projets personnels. J'ai accentué la pression ce dernier mois jusqu'à ce que j'obtienne il y a une dizaine de jours un rendez-vous avec Michel Lecomte flanqué de François Tron, directeur de la télé, et Francis Goffin, directeur de la radio. Je leur ai dit ce que je voulais et je les ai informés que j'avais une proposition concrète de RTL-TVI dont la deadline était le mercredi 29 juin à 18h30. On était le lundi 27 juin. Le mercredi midi, la RTBF est revenue vers moi avec une proposition financièrement plus avantageuse mais trop floue sur les projets eux-mêmes. Sauf sur un point: je devais continuer Studio 1 alors que je ne voulais absolument pas faire la saison de trop. C'est pourquoi j'ai choisi de rejoindre RTL-TVI sur la base d'un projet précis. J'ai été d'une grande loyauté dans toutes les discussions et il n'y a pas eu de surenchère.

Contrat

J'ai signé pour trois ans avec RTL-TVI un contrat d'animateur (la RTBF me proposait quatre ans alors que jusqu'ici elle m'employait sous statut de pigiste!). Il prévoit trois choses concrètes. En télé, un talk show mensuel en prime time fait de rencontres avec des personnalités. Dès septembre et avec la garantie d'au moins quatre numéros. Côté foot, je coprésenterai (avec Luc Maton ou Serge Vermeiren) les soirées de Champions League. En radio, j'aurai ma propre émission à mon nom sur le foot. En plus de cela, le principe est acquis que je pourrai coanimer d'autres émissions et serai associé à d'autres opérations télé de la chaîne. Si j'ai quitté la RTBF, c'est parce que je veux progresser et aussi parce que je ne pouvais plus supporter le mur des lamentations déclenché chaque mardi matin par mon rôle de sniper au Studio 1 – La tribune de la veille.

Sur le même sujet
Plus d'actualité